Compte rendu publié sur Lectures : Michel Freitag, Dialectique et société vol. 3

Iris Loffeier, « Michel Freitag, Dialectique et société, vol. 3. Culture, pouvoir, contrôle. Les modes de reproduction formels de la société », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 04 décembre 2013, consulté le 11 décembre 2013. URL : http://lectures.revues.org/12873

 

 

 

1. Réédition de la thèse de Michel Freitag, cet opus 3 entend présenter, dans une perspective socio-historique et épistémologique, la transformation processuelle entre trois modes idéaux-typiques de reproduction de la société, depuis les sociétés traditionnelles ou primitives jusqu’aux sociétés contemporaines caractéristiques de la « postmodernité », en passant par les sociétés de l’ère moderne. Une partie de l’ouvrage est consacrée à chacun des trois modèles de société, dans un cadre théorique cumulatif, qui cherche à les comprendre comparativement. Entre perspectives historique, sociologique, philosophique et anthropologique, Freitag propose une théorie à la fois ambitieuse et générale de la reproduction des sociétés, à un niveau d’abstraction toujours élevé. Ce tome reste à envisager dans le tout des cinq opus qui composent l’œuvre conséquente de Dialectique et Société, la première moitié du volume faisant très souvent référence au tome 2, la seconde moitié au tome 4.

2. Le projet de connaissance de la société qu’élabore Freitag propose d’aborder la constitution de la réalité sociale, sans la dissocier du discours scientifique qui en rend compte. En considérant la réalité sociale comme la somme des pratiques quotidiennes qui la produisent, activités scientifiques comprises, la question épistémologique devient partie prenante du procès de description et d’analyse du compte rendu scientifique. C’est ainsi, à partir d’une critique des grands penseurs, que l’auteur construit, pas à pas, sa proposition théorique et épistémologique qui fait de la reproduction sociale et du maintien de l’unité de la société une dimension clé de sa compréhension. Difficilement localisable en termes d’affiliations théoriques (sinon peut-être après Hegel, encore que la lecture du penseur qu’il avance soit plutôt dérivée de celle qu’en propose Kojève), Freitag emprunte à la fois à Marx, à Weber, à Levi-Strauss, à Mead et à Dumont (pour ne citer qu’eux), et présente ce qu’il conserve de leurs propositions respectives, sans jamais oublier de passer par la critique de ce qu’il considère comme leurs limites conceptuelles. C’est au cœur de la discussion et de la critique de théories multiples que se développe donc la proposition de Freitag, qui accorde au langage et à sa fonction de médiation culturelle un rôle central.

3. Cette proposition théorique s’attache ainsi à appréhender la transformation des modèles de reproduction de la société – modèles de maintien de l’unité d’une société – dans un procès socio-historique, et prenant pour cadre général un modèle d’intégration hiérarchique des niveaux de l’action sociale. La société qu’il nomme primitive, société protopolitique, sinon a-politique, serait caractérisée par un mode de reproduction – qu’il nomme « culturel-symbolique » – dans lequel le langage coïnciderait directement avec le niveau de toutes les pratiques significatives. Dans ce type de société, l’ensemble des pratiques virtuellement possibles se trouvent à un seul et même niveau, tandis que le réseau qu’elles forment fournit la définition de la société et de sa reproduction pour Freitag. Le mode de reproduction culturel-symbolique reposerait, en partie, sur l’élimination de la « contradiction » dans la société, soit en l’intégrant dans le mythe, soit en la rendant taboue. Dans la société moderne, au contraire, avec l’apparition d’un système institutionnel, le mode de reproduction « politico-institutionnel » aurait pour effet d’intégrer la contradiction dans le procès de reproduction, de manière à ce qu’elle ne constitue plus un danger pour celui-ci, mais en devienne partie prenante : la démocratie apparaît alors comme un modèle d’intégration systémique de la contradiction, en élaborant entre autres le principe de la décision à la majorité. Avec le développement de la division sociale du travail, la formation progressive d’une pluralité de niveaux et de sphères linguistiques et communicationnelles, l’unité du langage de la société traditionnelle éclaterait, mais l’unité de la société moderne resterait assurée par l’institutionnalisation d’un second niveau de pratiques : les pratiques politiques, dont l’objet serait d’institutionnaliser les pratiques significatives du premier niveau. La société moderne aurait ainsi pour caractéristique, par rapport à la société traditionnelle, d’intégrer plusieurs niveaux hiérarchiques de pratiques, tout en parvenant à maintenir le procès de sa reproduction, et donc son unité, le nombre de niveaux possibles étant potentiellement infini. Ces deux formes de sociétés pourraient ainsi être entendues dans un continuum systémique. La société contemporaine, en revanche, seraient en rupture par rapport aux deux précédentes et apparaît dans le discours de Freitag comme une société fragmentée, aboutissement de la société des intérêts bourgeois fondée sur la propriété, la personne civile et le contrat. Son mode de reproduction « décisionnel opérationnel » consisterait en un « bricolage » issu de la mécanique capitaliste et de son dérèglement politique, du développement des sciences de la société et du « feed back politico-démocratique » contribuant au procès de technocratisation ainsi qu’à la disparition même du concept de société.

4. L’extrême pessimisme des descriptions que Freitag réserve à la période qu’il qualifie de postmodernité ne semble que l’un des échos du processus dans lequel il inscrit ses trois idéaux-types de modes de reproduction des sociétés. Lorsqu’il décrit les sociétés primitives, les déictiques temporels dont il fait usage relèvent généralement de l’ordre du « pas encore » ; lorsqu’il décrit les sociétés postmodernes, c’est ce qu’elles « ne sont/font/… plus » qui est mis en avant. La période moderne apparaît alors dans son discours comme une parenthèse à l’aune de laquelle les deux autres modèles de sociétés sont appréhendés. Par ailleurs, si Freitag présente une critique du positivisme comtien ou du naturalisme marxiste, l’intégralité de son discours se construit comme une suite de déductions logiques, articulées dans un rapport causal (« donc », « objectivement ») essentiellement dérivé d’une exégèse philosophico-sociologique. L’ouvrage présente enfin un grand nombre de propositions théoriques ou épistémologiques fort intéressantes, mais l’écriture, souvent peu accessible et abstraite, ne fera guère de concessions au lecteur pressé : l’ouvrage, cumulatif et théorique à l’extrême, demande une attention renouvelée à mesure qu’il élabore son propre langage de description.

A paraitre : “les folles de Bailleul”

LesfollesdeBailleul - copieParoles de femmes, paroles de folles… Cet ouvrage, qui reprend le texte d’un mémoire présenté en vue de l’obtention du titre de Master en histoire primé par l’Université des Femmes en 2013, explore le destin de certaines femmes enfermées à l’asile de Bailleul entre 1880 et 1914.

Aux contours de l’essentiel absent, Sophie Richelle, part à la rencontre de leur vécu au fil d’un récit captivant, qui décrit leur expérience d’aliénée de manière à la fois humaine et scientifique à travers l’étude approfondie de leur environnement et de leurs conditions d’internement, et cite de larges extraits de leurs écrits.

Des pistes sont également lancées pour une histoire de la folie, et en particulier celle de la folie au féminin : quelles représentations s’en faisaient alors les médecins ? Perçues comme irresponsables, irrationnelles, et émotives par nature, les femmes sont indéniablement plus enclines aux dysfonctionnements de l’esprit à leurs yeux. Une exploration passionnante dans les archives asilaires et le monde de la psychiatrie qui réveille, le temps d’un mémoire, les voix de ces «folles de Bailleul ».

Si vous êtes intéressé-e par cet ouvrage, envoyer un mail à info@universitedesfemmes.be

La maladie d’Alzheimer dans journal ‘Le Monde’ des années 1980 – une esquisse

Claudine Escoffier-Lambiotte, journaliste médical au Monde, marque la couverture de la maladie d'Alzheimer en France
Claudine Escoffier-Lambiotte, journaliste médical au Monde, marque la couverture de la maladie d’Alzheimer en France

La maladie d’Alzheimer est une maladie récente. Bien qu’ayant été nommée pour la première fois avec ce nom au début du 20e siècle par Emil Kraepelin, elle ne fait sens pour dire un nouveau problème public que depuis une quarantaine d’années. Elle a dépassé aujourd’hui la tuberculose ou l’infarctus parmi les maladies les plus souvent nommés. Seuls le cancer et le SIDA la dépasse au nombre de citations dans le corpus anglophone des livres scannés par Google1. Si aux États-Unis, cette nouvelle visibilité a été acquise dès la fin des années 1970, en Europe en général, et en France en particulier, le processus est un peu plus tardif.

À partir du journal Le Monde, une première chronologie sera établie2.

Articles dans Le Monde dans lesquels Alzheimer est mentionné

1976 1977-81 1982 1983 1984 1985 1986 1987 1988 1989 1990 2012

1

0

1

1

0

1

10

11

5

13

11

124

Dans les années où Le Monde découvre Alzheimer, l’actualité médicale est suivie par des journalistes spécialisés dans le domaine et qui sont pour deux d’entre eux des médecins de formation : Claude Escoffier-Lambiotte3 et Franck Nouchi4.

La qualité de ces journalistes explique probablement pourquoi, les articles font souvent preuve d’une certaine précocité. Ainsi le paradigme cholinergique5 trouve des échos dans Le Monde dès le début des années 1980. Le premier article scientifique sur cette question ne sera publié en France qu’en 19886.

Au niveau scientifique, Le Monde restera adepte pendant les années 1980 du paradigme cholinergique et n’évoque pas d’autres hypothèses comme celle sur les origines virales ou celle liée à l’aluminium. La maladie d’Alzheimer est essentiellement décrite comme une perte de la mémoire, les autres symptômes ne sont guère pris en compte. Elle apparaît comme pathologie mnémonique et dans des articles pointus sur la neurologie et dans des articles qui apparaissent en dehors des pages médicales comme la couverture de la mort de Rita Hayworth, la première VIP clairement identifiée comme étant atteinte d’Alzheimer, dans les pages cinéma.7. Ainsi le critique de cinéma du Monde, Michel Braudeau écrit lors de sa mort en 1987 : « Convaincue de ” son incapacité au bonheur “, elle entre en maladie, se retire de ce monde, de son vivant. La maladie d’Alzheimer qui la frappe dès 1981 est incurable. Elle n’a plus de mémoire. »8. Et dans une de ses chroniques humoristiques qui retrace un entretien téléphonique, l’écrivaine française Claude Sarraute utilise le même topos : « Ils avaient entendu dire que t’étais très fatiguée… Ils parlaient même de la maladie d’Alzheimer. _ C’est quoi ? _ Ben… Heu… C’est une espèce de sénilité précoce, tu vois. Tu reconnais plus les gens. Tu perds la mémoire. C’est ce qu’avait Rita Hayworth. _ C’est qui ? »9. À travers le cas de Rita Hayworth, une autre évolution devient visible. Dans un premier temps, l’évocation de la maladie était limitée aux pages médicales du journal. Mais dès la moitié des années 1980, des articles dans d’autres rubriques évoquent Alzheimer qui devient même une affaire à potentiel économique à en croire Le Monde. Lors de l’arrêt partiel de la centrale nucléaire de Saint-Laurent, un des maires des communes touchées essaie de compenser les pertes d’emplois et de revenu par la construction d’une maison de retraite de 80 lits et une clinique pour les anciens atteints par la maladie d’Alzheimer.10.

Le Monde inscrira très rapidement la maladie d’Alzheimer dans la problématique plus large du vieillissement. Certes, à travers la maladie d’Alzheimer, on joue également sur la distinction fine entre vieillissement – processus normale – et maladie – processus pathologique. En même temps, lorsqu’on parle d’Alzheimer on parle de vieillissement et inversement. En 1985, Franck Nouchi écrit d’une manière prémonitoire : « la maladie d’Alzheimer, pourrait bien faire figure de maladie numéro un du vingt et unième siècle »11 Et l’année suivante, le même auteur se fait écho d’une étude lancée par les laboratoires Bristol-Myers parmi des chercheurs pour dresser le tableau des maladies de l’an 2000. Première « maladie » mentionnée : le vieillissement dont la déclinaison pathologique comprend le cancer, les maladies cardiovasculaires, la maladie d’Alzheimer ou la dépression.12

Dans les années 1980, l’expertise sur lequel se base les articles est souvent d’origine nord-américaine que ce soit pour le pourcentage des personnes touchées par Alzheimer, pour les prévisions et pour les couts qu’Alzheimer va occasionner pour les systèmes de santé13. Du côté français, plusieurs médecins sont interrogés par les journalistes du Le Monde sans qu’il y a un expert particulier qui se cristallise. On y trouve néanmoins beaucoup de personnalités qui joueront un rôle important par la suite comme Françoise Forette, une des « metteurs en scène » de la maladie d’Alzheimer en France jusqu’à aujourd’hui, Jean-François Forin, neurologue, Annick Alperovitch, neurologue et épidémiologiste, François Boller, neurologue ou Yvon Lamour, neurologue. Ce qui devient évident à travers ces quelques noms est la montée en puissance des neurologues dès les années 1980 pour parler du vieillissement14. Certes, la focalisation sur Alzheimer constitue un biais. Mais la maladie d’Alzheimer devient un signifiant central pour dire le vieillissement et les neurologues occupent le terrain médiatique d’une manière maximale en dépit des démographes (importants experts du vieillissement dans l’immédiat après-guerre), des psychiatres ou des gériatres.

La difficulté d’appréhender cette « nouvelle » maladie transparaît également à travers la fluctuation des chiffres de personnes atteintes par Alzheimer. Dans un premier temps, les journalistes du Monde ne dispose que de chiffres américains et ce n’est qu’à la toute fin de la période envisagée que le chiffre de 300 000 malades d’Alzheimer en France est évoqué… en se référant à un article du Monde de 1986 qui lui parlait die 300 000 personnes atteintes de démence sénile.15.

Nombres de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer selon des articles parus dans Le Monde

1982 1985 1986 1988 1989 1989
États-Unis 1.5 millions 2 millions 2-3 millions 2 millions
France 300 000 250 à 300 000 400 000

 

  1. Sur les limites de cet outil cf. Ruiz É., « Google labs Books Ngram Viewer : un nouvel outil pour les historiens ? » []
  2. Pour effectuer ce coup de sonde, une recherche du mot « Alzheimer » a été réalisée dans les archives du Le Monde dont tous les articles depuis 1944 sont accessibles en ligne. []
  3. Claude Escoffier-Lambiotte est chroniqueuse médicale au Le Monde entre 1956 et 1988. []
  4. Franck Nouchi est chroniqueur médical au Le Monde entre 1985 et 1994. []
  5. Le paradigme cholinergique est le paradigme dominant dans les années 1980 et 1990 pour expliquer la maladie d’Alzheimer. Il part de l’hypothèse que le mauvais fonctionnement d’un neurotransmetteur du nom d’acétylcholine est à la base des symptômes qui s’observent auprès des patients atteints d’Alzheimer. Formulée à la fin des années 1970 par des chercheurs américains, cette explication réintroduit la pathologie dans l’explication d’Alzheimer et va donner une place centrale à la bio-médicalisation de la maladie. Comme les médicaments développés à partir de ce paradigme n’ont pas produit les effets souhaités, ce paradigme est aujourd’hui beaucoup plus contesté. Ballenger J.F., Self, senility, and Alzheimer’s disease in modern America : a history, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 2006, p. 92-101. []
  6. Vallet P.G. et C. Bouras, « Neuromédiateurs et maladie d’Alzheimer », L’Encéphale, 1988, vol. 14, no 5, p. 345 351. []
  7. Sur l’importance de cette actrice américaine pour la mise en mot de ce qu’est Alzheimer voir Ballenger J., « Disappearing in Plain Sight. Public Roles of People with Dementia in the Meaning and Politics of Alzheimer’s Disease », S. Jacyna et S. Casper (dir.), The Neurological Patient in History, Rochester, University of Rochester Press, 2012, p. 109‑128 pour les États-Unis et Ngatcha-Ribert L., Alzheimer: la construction sociale d’une maladie, Paris, Dunod, 2012 pour la France. Il est d’ailleurs surprenant de relever que seuls les Américains semblent mourir d’Alzheimer dans les 1980. Les quatre nécrologies dans Le Monde qui évoquent la maladie d’Alzheimer sont tous consacrées à des Américains. []
  8. Braudeau M., « La mort de Rita Hayworth la bombe douce », Le Monde,  17 mai 1987. []
  9. Sarraute C., « Je me tire », Le Monde, 07/11/1987. []
  10. Ambroise-Rendu M., « Brennilis, Saint-Laurent, Pierrelatte… Quand le nucléaire s’en va », Le Monde, 02/01/1990. []
  11. Nouchi, Franck. “Vieillir sans vieillir.” Le Monde, 5 août 1985. []
  12. Nouchi F., « Le malade imaginé », Le Monde, 11 mars 1987. []
  13. Ainsi sans être cités explicitement, les prévisions de Katzmann, R. “The Prevalence and Malignancy of Alzheimer’s Disease: a Major Killer.” Archives of Neurology no. 33 (1976): 217–218 sont régulièrement évoquées. []
  14. Voir sur ce sujet Guillemard A.-M., Le déclin du social. Formation et crise des politiques de la vieillesse, Paris, PUF, 1986 et Ngatcha-Ribert L., Alzheimer: la construction sociale d’une maladie, Paris, Dunod, 2012. []
  15. Cette difficulté de « stabiliser » Alzheimer est également frappant dans la littérature scientifique notamment autour de la discussion des taux de fréquence parmi la population qui à la fin des années 1980 varie entre 0.3 et 1 % selon les ouvrages consultés (( Vallet P.G. et C. Bouras, « Neuromédiateurs et maladie d’Alzheimer », L’Encéphale, 1988, vol. 14, no 5, p. 345. []

“Population” et vieillissement

Dès le premier numéro de la revue “Population”, le vieillissement est un sujet central pour l’INED avec e.a. un important article de Jean Daric
Dès le premier numéro de la revue “Population”, le vieillissement est un sujet central pour l’INED avec e.a. un important article de Jean Daric

[Ce billet a d’abord été publié sur http://majerus.hypotheses.org.]

 

Avec la fin du semestre, je recommence à trouver un peu de temps à écrire et à retourner dans les “archives”. Comme pour chaque nouveau projet – j’en ai eu trois jusqu’ici : police pendant les deux guerres mondiales, lieux de mémoire au Luxembourg, psychiatrie au 20e siècle – celui sur le ‘vieillissement’ (FRAMAG) pose le problème de l’appréhension. Au moins dans sa formulation il était clair : comment le vieillissement est-il devenu un problème public. Sophie Richelle étudiera la problématique au 19e siècle à travers une microhistoire des institutions. Iris Loffeier s’intéressera aux politiques publiques d’aujourd’hui. Et moi, je travaillerai sur l’émergence de la problématique dans la deuxième moitié du 20e siècle.

Dans un premier temps, je me disais que j’allais y entrer par la médecine et l’émergence de la gérontologie. Mais je commence à avoir des doutes si c’est la bonne porte, même si je continue  à m’intéresser à François Bourlière, le gérontologue français des années 1950 et 19601. Pour l’Allemagne, la psychologie me semble en ce moment la piste la plus intéressante notamment autour d’une étude longitudinale qui a été réalisée à Bonn par Hans Thomae et Ursula Lehr2. En ce qui concerne la France, j’étais frappé par la faible présence des médecins dans le rapport Laroque de 19623 qui est souvent considéré, peut-être à tort, comme un moment de rupture4. En m’intéressant un peu à ce rapport, un autre acteur semblait devenir plus important à savoir l’Institut National d’Études Démographiques (INED). J’ai dévoré le livre de Paul-André Rosental5 qui offre avec le terme de “politiques de population” une grille de lecture intéressante, mais qui n’aborde pas la question du vieillissement, préférant utiliser l’histoire de la démographie historique pour raconter les années 1950 de l’INED.

Dans un premier temps, j’ai seulement relevé les contributions de la revue Population qui, dans leur titre, parlaient de « vieillissement », « personnes âgées »,…6. Si on se limite à une simple analyse quantitative, on s’aperçoit que le sujet est présent d’une manière régulière dans la revue dès sa création en 1946 pour disparaître complètement dans les années suivant la publication du rapport Laroque.7

Tableau 1: Contributions dans Population dédiées au vieillissement par année

 Screenshot-from-2013-06-13-105835

Deuxième élément, l’articulation de la problématique est assurée par quatre personnes : Alfred Sauvy, Jean Daric, Paul Vincent et Paul Paillat. Le premier est le directeur de l’INED et donne le ton de la discussion avec son livre Richesse et population régulièrement cité, au moins dans les années 19508. Jean Daric, ingénieur de formation, rentre en 1942 au Comité de Direction de la Fondation française pour l’Étude des Problèmes humains, communément appelée Fondation Alexis Carrell. Jusqu’à son décès en 1957, c’est monsieur « vieillissement » à l’intérieur de l’INED. À côté de l’activité professionnelle des femmes, les personnes âgées constituent son principal champ d’activité sur lequel il publie. Il représente l’INED (et ainsi également la France ?) sur des congrès internationaux consacrés à la gérontologie naissante9. Paul Vincent, polytechnicien a également commencé sa carrière à la Fondation Carrell où il le seul démographe travaillant à plein temps10. En 1945 il devient chef de la section d’études quantitatives et de conjoncture démographique de l’INED. Son centre d’intérêt ne se focalise pas sur les personnes âgées, mais c’est un sujet qu’il touche à plusieurs reprises11. Avec la mort de Jean Daric, c’est Paul Paillat qui prend la relève pour couvrir la discussion autour du vieillissement au moins jusqu’au début des années 1960. Il participe activement à la rédaction du rapport Laroque.12

Parmi les nombreuses thématiques abordées dans ces contributions, j’aimerai brièvement en aborder trois.

  • La pratique d’Alfred Sauvy et également de l’INED se revendique en permanence du souci de neutralité. Cette « rationalité pratique »13 qui se légitime par la revendication d’une apparente efficacité politique était la griffe de Sauvy dans les années trente, pendant Vichy et également dans l’après-guerre. Dans les articles de Population, cette argumentation est omniprésente. Dans un article programmateur publié dans le premier numéro Jean Daric écrit en 1946 : « “La question doit, en tout cas, être étudiée en dehors de tout préjugé d’opinion ou de doctrine. L’importance de ce problème, le peu de diffusion dont ont bénéficié jusqu’ici ces données, ont conduit l’Institut national d’études démographiques à inscrire au programme de ses activités cette enquête sur le vieillissement démographique et les possibilités de prolongation de la vie active. (…) Organisme d’études, l’Institut n’a pas qualité pour dicter des solutions aux problèmes de population. Son rôle doit comporter la diffusion des données de fait mal connues, la reconnaissance des possibilités nouvelles, la communication aux Pouvoirs publics des résultats de ses travaux. »14 Et 14 ans plus tard, Paul Vaillat écrit : « nous laisserons de côté cet aspect important qui peut engager tout le système socio-politique. Notre but est seulement de fournir des données de base à une politique rationnelle. »15.
  • Derrière ce souci de neutralité se cache dès le début un combat pour un rallongement de la période de travail qui rappelle directement les discussions qui se déroulent aujourd’hui en France et en Europe. Pour les auteurs de Population, le vieillissement conduit à des conséquences « d’ordre matériel » qui n’ont qu’une solution : prolongation de la vie active jusqu’à 65 ans. Certes d’autres solutions sont énumérées comme l’amélioration du rendement de l’homme, l’accroissement des producteurs16 ou l’accroissement de la durée de travail. Mais celles-ci sont chaque fois rejetées. Dans une note sur une enquête qui portait notamment sur la perception du vieillissement dans la population française, H.B.17 résume la position de l’INED : « L’hostilité persistante du public à l’idée de toute prolongation éventuelle de la vie active s’accompagne d’une ignorance très accusée des simples données de fait sur la population inactive âgée. »18.
  • Finalement, les chercheurs de l’INED prennent à contre-courant l’opinion très répandue selon laquelle le vieillissement serait dû à l’allongement de la vie. Pour l’INED qui définit le vieillissement comme la part grandissante de personnes de plus de 60 ans dans la population totale, c’est plutôt la baisse de la natalité qui explique le vieillissement. Moins il y a des jeunes, plus la part des personnes âgées augmentent. Issu de plusieurs généalogies natalistes des années 1930, l’Institut continue donc à mener ce débat dans la France des années 1940 et 1950.

 

  1. Binet L. et F. Bourlière, Précis de gérontologie, Paris, Masson, 1955. Il dirigera aussi une unité de l’INSERM consacrée aux questions gérontologiques. []
  2. Lehr U. et H. Thomae (dir.), Formen seelischen Alterns: Ergebnisse der Bonner Gerontologischen Längsschnittstudie (BOLSA), Stuttgart, Enke, 1987. []
  3. Haut Comité Consultatif de la Population et de la Famille, Rapport de la commission d’étude des problèmes de la vieillesse, Paris, La Documentation Française, 1962. []
  4. Un exemple parmi d’autres : Laroque G., « Trentième Anniversaire – I », Gérontologie et Société, 1997, no 81, p. 5‑6. []
  5. Rosental P.-A., L’intelligence démographique : sciences et politiques des populations en France : (1930-1960), Paris, O. Jacob, 2003. []
  6. Je suis bien conscient que dans beaucoup d’autres articles comme dans la rubrique « La situation démographique » le vieillissement est également abordé []
  7. En 1962 Alfred Sauvy quitte la direction de l’INED. []
  8. Sauvy A., Richesse et population, Paris, Payot, 1943. Je dois encore le lire. []
  9. « Jean Daric », Population, 1957, vol. 12, no 3, p. 397‑400. []
  10. Rosental P.-A., L’intelligence démographique : sciences et politiques des populations en France : (1930-1960), Paris, O. Jacob, 2003, p. 75. []
  11. Calot G., « In Memoriam : Paul Vincent », Population, 1979, vol. 34, no 6, p. 979‑984. []
  12. J’ai ensuite un trou dans sa biographie car je ne le retrouve que dans les années 1970 où il va intégrer la Fondation Nationale de Gérontologie. Il y fondera la revue Gérontologie et Société qu’il dirigera jusqu’au début des années 2000. Il sera un des personnages centraux dans la gérontologie (sociale) en France et s’illustrera par de nombreuses publications. []
  13. Rosental, p. 121. []
  14. Daric J., « Vieillissement démographique et prolongation de la vie active », Population, 1946, vol. 1, no 1, p. 69‑78. []
  15. Paillat P., « Les moyens d’existence des personnes âgées : le schéma démo-économique », Population, 1960, vol. 15, no 1, p. 10. []
  16. Notamment à travers l’immigration qui semble constituer l’angle mort de beaucoup de théoriciens du vieillissement notamment dans leurs projections dans lesquelles l’immigration est souvent absente. []
  17. Je n’ai pas réussi à identifier le personnage []
  18. B. H., « Le vieillissement et l’information du public », Population, 1957, vol. 12, no 1, p. 147‑148. []

Un survol de l’institution, les règlements ?

RèglementUn survol de l’institution, les règlements?

Une histoire de la vieillesse, mais comment, mais pourquoi ?

En toile de fond de ce texte dont ce n’est pas encore le propos, ces questions tiennent du fondement, de la structure d’une thèse à ses débuts. Alors, pour accrocher un bout de la pelote encore toute emmêlée de questionnements de fond et de forme, une première prise : l’Institution. Tant pour l’accès aux archives que pour l’intérêt de ce « système » en lui-même, au-delà des vieux qui l’habitent et qui pourraient être des fous, des écoliers, des fonctionnaires, des prisonniers,… l’impression suspendue d’un fonctionnement, essence des sociétés occidentales, s’étendant à tous les niveaux et les sphères des individus. Mais l’ « institution » est elle-même aussi vaste que la « vieillesse » dans les champs possibles de  la recherche, alors comme première prise à celle-ci : les règlements.

Ce texte se divise en trois parties. Une première introduit quelques réflexions et définitions de la notion d’institution. Elle reprend principalement les analyses de Jacques Revel et Erving Goffman. La deuxième partie pose la question du rôle des règlements au sein de l’institution mais surtout, expose la manière dont ils peuvent devenir « outil » pour la recherche. La troisième partie, en regard des points précédents, questionne une institution en particulier : l’hospice de l’infirmerie, hospice bruxellois pour vieillards, infirmes et incurables au XIXème siècle. Concrètement, cette institution est remise dans son contexte par la présentation d’un tableau général des institutions bruxelloises pour vieillards en 1925. Ensuite, c’est un bref historique de certaines institutions – celles dépendantes des Hospices et secours de Bruxelles, ancienne assistance publique – qui vient compléter ce paysage institutionnel. Et une fois le décor placé, les règlements de 1827 et 1860 de l’Hospice de l’Infirmerie sont étudiés plus en profondeur.

Avec comme grille de lecture l’idée que les règlements peuvent être reflet, miroir ou paradoxe d’un état des lieux, une série de composantes fondamentales à l’analyse de l’institution est mis au jour. Le règlement est ainsi conçu comme « fournisseur » de pistes à suivre pour cerner au mieux le quotidien institutionnel à un moment donné de son histoire.

Quelques réflexions sur la notion d’« institution »…

Dans son article « L’institution et le social »[1], Jacques Revel propose trois définitions du terme « institution » ainsi qu’un petit tour d’horizon des rapports qu’entretient l’histoire sociale avec cette notion. Ainsi, une acceptation très restrictive du terme le conçoit comme une réalité juridico-politique au sens strict. Une deuxième, plus large, le définit comme « toute organisation fonctionnant de façon régulière dans la société, selon des règles explicites et implicites, et dont on présume qu’elle répond à une demande collective particulière »[2]. Sont alors pris en compte différentes entités comme la famille, l’école, l’hôpital, le syndicat, la prison,… Une troisième définition, encore plus large entend l’institution comme « toute forme de l’organisation sociale qui lie des valeurs, des normes, des modèles de relations et de conduites, des rôles »[3]. Reflet des pratiques scientifiques dont elles émanent, ces définitions sont en effet dépendantes des manières d’aborder la notion d’institution. Traditions juridique, sociologique et historique ainsi que les différentes évolutions de la pensée ont ainsi fait pencher dans un sens ou dans l’autre la balance.

En ce qui concerne les « historiens de la société », ils se sont longtemps inscrits dans une approche très critique de l’institution développée dans les années 1960 et 1970 – « Formes, patentes ou subreptices, d’un contrôle social global », « points les plus visibles – et les plus fréquentés – d’une sorte d’archipel institutionnel /…/, d’un réseau de contraintes exercées sur elle-même par la société »[4]. Depuis, des écrits plus récents ont requestionné cette notion dans une vision plus complexe des phénomènes sociaux : « l’institution et les normes qu’elle produit n’apparaissent donc plus comme extérieures au champ social ni comme imposées à lui. Elles sont inséparables de la configuration du jeu social et des actions qui y sont possibles »[5]. Et le terme qui s’impose à Jacques Revel dans sa conclusion est celui de « négociation » : « déterminant pour notre propos. Il [le terme de négociation] suggère, bien sur, de renoncer à une vision qui voudrait que les institutions soient, en tant que telles, efficaces ; mais tout autant à celle qui poserait qu’elles ne sont que le camouflage de pratiques inscrites dans les seuls rapports de forces. Les transactions qui se nouent autour des normes n’ont de signification que parce que celles-ci ont une réalité propre, irréductiblement autonome, mais qui reste inséparable de leur effectuation au sein des rapports sociaux »[6].

L’héritage des réflexions sociologiques sur le sujet n’est d’ailleurs pas à balayer, et parmi celles-ci, l’ouvrage d’Erving Goffman, Asiles, fournit un cadre d’analyse extrêmement intéressant pour aborder l’institution. L’intérêt réside notamment dans la réflexion générale que l’auteur propose sur le sujet ainsi que dans le détail des descriptions et analyses des pratiques quotidiennes, propres aux fonctionnements des « Institutions totale » (ou totalitaire selon les traductions) qu’il a définies et étudiées. Ainsi, l’institution consiste selon lui en « organismes sociaux, lieux (pièces, appartements, immeubles, ateliers) où une activité particulière se poursuit régulièrement »[7] tandis qu’une institution totale, revient à « un lieu de résidence et de travail où un grand nombre d’individus, placés dans la même situation, coupés du monde extérieur pour une période relativement longue, mènent ensemble une vie recluse dont les modalités sont explicitement et minutieusement réglées »[8].

Présent parmi les 5 types d’Institutions totales que Goffman institue, l’hospice pour vieillards répond selon lui aux différents critères[9] :
– Tous les aspects de l’existence s’inscrivent dans le même cadre et sont placés sous une seule et même autorité.
– Chaque phase de l’activité quotidienne se déroule, pour chaque participant, en relation de promiscuité totale avec un grand nombre d’autres personnes, soumises aux mêmes traitements et aux mêmes obligations
– Toutes ces périodes d’activité sont réglées selon un programme strict, en sorte que toute tache s’enchaine avec la suivante à un moment déterminé à l’avance, conformément à un plan imposé d’en haut par un système explicite de règlements dont l’application est assurée par une équipe administrative.
– Les différentes activités ainsi imposées sont enfin regroupées selon un plan unique et rationnel, consciemment conçu pour répondre au but officiel de l’institution[10].

Dans sa présentation de l’édition française, Robert Castel souligne l’importance d’une telle étude, notamment pour les lignes qu’elle trace entre normal et anormal, entre intérieur et extérieur, entre institution et société :
« Au-delà d’une sociologie de l’hôpital psychiatrique ou même des IT – et en dépit de la richesse de sa contribution à ces sujets – l’œuvre cherche fondamentalement à démontrer la nécessité du détour par certaines formations sociales pathologiques pour définir les conditions de la santé sociale, de l’existence normale, de la vie libre et de la sociabilité réelle. /…/
L’institution totalitaire est en effet à la fois un modèle réduit, une épure et une caricature de la société globale :
–  Modèle réduit : ce microcosme rassemble toutes les conditions de la sociabilité, il assure en un certain sens tous les besoins fondamentaux de l’homme puisque celui-ci y survit physiquement et même, tant bien que mal, affectivement.
–  Epure : tout y est simplifié, programmé, réduit au squelette d’une organisation rationalisée. /…/
–  Caricature : l’objectivité s’y donne sous sa forme nue, ramenée au pur noyau de nécessité qui définit en dernière analyse une société de l’ordre, polarisée autour d’une unique fonction, celle de se perpétuer elle-même en se cristallisant sur sa propre finalité »[11].

* * *

Si nous ne sommes pas en mesure à l’heure actuelle de porter une telle affirmation, le propos est tentant. C’est dans la lignée de toutes ces définitions que se retrouve notre conception, encore fragile et incertaine, de l’institution ; c’est dans ces relations, entre institutions et société, que se justifie, à nos yeux, l’intérêt à porter à l’étude de telles entités.

Les règlements : reflet, miroir et paradoxe de l’institution

L’approche de l’institution tentée ici, se fait uniquement par l’étude des règlements d’ordre intérieur. « Ensemble de prescriptions et d’interdictions pour une grande part explicitement formulées qui fixent les principales exigences auxquelles le reclus devra plier sa conduite .Ces règles précisent dans le détail le déroulement routinier et austère de la vie du reclus »[12], nous indique Goffman, ils sont invoqués ici non comme des témoins objectifs d’une situation donnée à un moment donné mais bien comme révélateurs, en tant que reflet, miroir ou paradoxe de ce qui a probablement été.

En effet, les règlements, généraux mais plus encore ceux d’ordre intérieur, permettent une certaine approche de l’institution, et pour ce qui nous intéresse, de l’histoire des institutions. Bien loin d’en observer un tableau complet et précis, c’est une certaine lecture, attentive et à l’affût, ainsi qu’une grille d’analyse particulière qui permettent, non pas de retracer une histoire, mais plutôt d’aider à se poser des questions pertinentes sur le fonctionnement et l’évolution d’une institution.

Face à l’institution, en effet, le règlement n’est pas un simple témoin objectif d’une situation donnée à un moment donné ; d’un état des lieux sur la manière dont les personnes et les choses se placent et s’agencent. Plutôt, il se place comme un reflet, un miroir ou encore un paradoxe. Par règlement-reflet, nous entendons l’idée d’une certaine fidélité ; une description proche de ce qui est. Le règlement-miroir par contre donne l’image inverse de ce qui est ; des règles sont énoncées, des interdictions posées pour prévenir et contrer ce qui a lieu. Finalement, le règlement-paradoxe éclaire de manière absolue, quand elle a lieu, la différence entre théorie et pratique ; les règles restent la théorie qu’elles sont, desquelles diffère énormément la manière dont le quotidien se déroule, dont les manières de faire se déploient.

Par ailleurs, que les règlements soient pour partie reflet, miroir ou paradoxe, la comparaison entre plusieurs règlements d’une même institution datant de périodes différentes peut mettre sur la voie d’une évolution générale ; la possibilité de se poser des questions sur ce qui a été changé ou non.

Le cas de l’Hospice de l’Infirmerie

Contexte institutionnel

Un certain De Gronckel reprend dans un répertoire en 1925, l’ensemble des « œuvres et des services d’assistance d’hygiène et de solidarité » en Belgique[13]. Dans un chapitre consacré aux vieillards[14], il dresse la liste des institutions privées et publiques présentes à Bruxelles, reprenant pour la plupart des institutions fondées antérieurement à la date de publication de l’ouvrage[15]. Trois formes d’accueil pour les vieillards sont indiquées :
1. L’accueil des vieillards valides, reçus comme pensionnaires payants ou non dans un hospice public.
2. L’accueil des vieillards « indigents, atteints d’infirmités incurables qui ne peuvent être soignés convenablement à domicile » admis dans des hospices appropriés.
3. L’accueil des vieillards valides et/ou invalides dans des hospices gérés par une administration privée, communauté religieuse ou association charitable.

Il est important de noter que la situation en 1925 diffère du début du XIXème siècle par cette dernière possibilité. En effet, l’occupation française entre 1792 et 1814 des régions qui formeront plus tard la Belgique met en place un système d’assistance tout à fait particulier, en accord avec les principes révolutionnaires. Les ordres religieux sont donc supprimés et une administration des Hospices et Secours est créée afin de se charger de l’assistance et des soins, tâches anciennement laissées aux congrégations. La Commission des Hospices et Secours, grande légataire de l’ensemble du patrimoine religieux confisqué, trouve notamment une justification et un appui dans le principe contenu dans la Convention de 1793 : « Les secours publics sont une dette sacrée. La société doit subsistance aux citoyens malheureux soit en leur procurant du travail, soit en assurant les moyens d’existence à ceux qui sont hors d’état de travailler »[16].

 Les différents régimes que connaitra la Belgique avant et après sa constitution viendront apporter des modifications à cet état des choses, notamment en rouvrant la possibilité d’une assistance privée vers le milieu du XIXème siècle ; néanmoins le cadre posé par la Révolution française marque durablement l’organisation de l’assistance sociale et sanitaire du pays.

Héritier, entre autre de cette évolution, le paysage que dresse De Gronckel en 1925 présente, concrètement, un ensemble d’institutions destinées aux vieillards. Il existe donc alors (au moins) 31 institutions pour accueillir (au moins) 1949 personnes à Bruxelles[17]. Parmi d’autres informations qui pourraient être relevées, les conditions d’admission donnent certaines pistes intéressantes pour tenter de savoir qui rentre et comment dans les institutions. Ainsi l’âge, le sexe, l’origine sociale, la religion, le métier, le domicile, la nationalité sont autant de critères qui permettent l’admission ou non dans une institution. Mais aussi, le critère de valide vs. invalide/infirme est précisé pour la moitié des institutions, décliné sous les expressions : bonne conduite, lucidité d’esprit, exempte d’infirmité, ingambes, lucide,… et à l’inverse, atteint d’affection incurable ou organique, infirme.

Dans ce panorama relativement important d’institutions, celles dépendantes des Hospices et Secours de Bruxelles, actuel centre public d’aide sociale de Bruxelles (CPAS), vont retenir notre attention. D’une part les archives ont été (en partie) conservées et l’accès en est possible. Mais par ailleurs, elles concernent (au moins) 45% de la possibilité d’accueil à Bruxelles[18].

Les institutions des Hospices et Secours de Bruxelles

Cinq institutions dépendantes des Hospices et Secours de Bruxelles sont destinées aux vieillards. Fondées ou construites pour la plupart entre la fin du XVIIIème et le milieu du XIXème siècle, elles forment ensemble un réseau qui se complète.

L’Hospice de l’Infirmerie est l’institution la plus importante et la plus récente. Elle doit son nom à l’infirmerie du Grand-Béguinage dont elle reprend l’emplacement. Elle est aussi connue sous le nom de Grand Hospice et plus récemment sous le nom d’Hospice Pachéco, à ne pas confondre avec la Fondation Pachéco décrite ci-dessous. Suite à la réunion de différents petits hospices de vieillards et de vieilles femmes, le Conseil des Hospices, projette à partir de 1818 une construction monumentale, l’idée d’un édifice public digne de la capitale qu’est devenue Bruxelles pendant la période Hollandaise[19]. Réalisé entre 1824 et 1827, plusieurs auteurs s’accordent à dire que le Grand Hospice forme avec les deux hôpitaux, Saint-Pierre et Saint-Jean, les trois plus importantes institutions de soins à Bruxelles[20]. Très vite, le nombre des pensionnaires augmente. De 396 personnes en 1827, la capacité maximale est atteinte en 1848 avec 642 personnes[21]. A partir de 1849, le placement est donc réservé aux incurables ou aux bénéficiaires des fondations spéciales et le maintien à domicile est privilégié pour le reste des demandeurs. Devenu un home dépendant du CPAS, l’institution fonctionne encore aujourd’hui sous le nom d’Institut Pachéco.

L’Hospice dit « Hospices-Réunis » résulte de la réunion des différents petits hospices de femmes qui existaient avant la réorganisation de l’assistance par le gouvernement français. En 1811, une résolution du Conseil des Hospices ordonne le transfert des femmes atteintes de maux incurables reçues à l’hôpital Saint Pierre dans l’ancienne Infirmerie du Béguinage. Ainsi, en plus des anciennes béguines malades ou infirmes, l’administration admet dans cet Hospice d’autres vieilles femmes indigentes. En 1803, s’y trouvent 77 pensionnaires et en 1818, ce sont 245 lits pour femmes qui y sont installés avant d’être transférés suite à la construction dans l’enclos du Béguinage de l’Hospice de l’Infirmerie. En 1830, grâce au transfert des vieillards et incurables à l’infirmerie nouvellement construite, Les Hospices-Réunis sont transférés dans leur local, l’ancien couvent des Alexiens[22]. A la fin du siècle, cet Hospice sera finalement accueilli dans les bâtiments de l’Infirmerie.

La Fondation Pachéco est fondée en 1713 par Isabelle Desmarès comtesse de Saint-Remy, veuve de Don Augustin Pachéco. Son testament prévoit d’accueillir autant de dames que les revenus de la fondation le permettent. Ces femmes, selon les volontés testamentaires doivent être âgées d’au moins 50 ans, célibataires ou veuves et de préférences de nobles et bonnes familles. Les évènements de 1789 font perdre une grande partie de ses revenus à l’établissement, nécessitant d’ajuster les différentes attributions en nature et argent, et ce tout au long du XIXème siècle. Il change aussi plusieurs fois de bâtiment, déménageant au gré des propriétés de l’administration publique dont il dépend. A partir de 1890, la fondation est aussi accueillie dans le même bâtiment que l’infirmerie, tout en gardant une gestion indépendante[23].

C’est un tailleur bruxellois, Grégoire s’Jongers, qui fonde les refuges dits de Sainte-Gertrude et des Ursulines. A partir de 1799, il loge plusieurs vieillards dans une maison louée rue de Schaerbeek, baptisé «  La Maison de l’Humanité Souffrante », finançant ce projet grâce à des quêtes. En 1801, il obtient de déménager ces pensionnaires dans l’ancien hospice Sainte-Gertrude (près de Sainte-Gudule), en effet le nombre des pensionnaires augmente là aussi rapidement : de 100 pensionnaires en 1804, il y en a 200 en 1860. Le statut légal de ce nouvel établissement pour vieillards et vieilles femmes n’est pas exactement pareil aux autres institutions. Il est hybride, entre l’initiative privée et l’assistance publique, puisque l’institution vit de quêtes et que la participation de l’administration des Hospices reste très limitée. Ce n’est d’ailleurs pas l’Administration qui décide des admissions comme c’est le cas pour les autres institutions mais bien la Direction d’administration propre à l’établissement[24]. Est reçu à Sainte Gertrude tout vieillard âgé de 70 ans au moins, nécessairement veuf ou célibataire, qui ne pourra jamais avoir mendié publiquement et devra avoir une habitation continuelle et immédiate dans la ville de Bruxelles d’au moins de 15 ans[25]. Le refuge est aujourd’hui appelé « Résidence Sainte-Gertrude » et figure toujours parmi les institutions du CPAS de Bruxelles.

Le même personnage fonde en 1805 un refuge dans l’ancien couvent des Ursulines. Trente-deux vieillards infirmes et aveugles y sont installés au départ. L’établissement reçoit des cotisations de bienfaiteurs fortunés, des dons, souscriptions et collectes. Par ailleurs, un « usage établi » à Bruxelles permet la collecte particulière de dons lors des services funèbres des familles aisées. Seule institution pour laquelle ce service est précisé, la gestion quotidienne est assumée par des sœurs de la Providence à partir de 1837. En 1849, la construction de nouveaux bâtiments, grâce notamment aux frères Brugmann[26], permet l’accueil de vieux ménages. Le refuge devient le seul établissement de la ville où ceux-ci peuvent continuer leur vie en commun. En 1860, il s’y trouve en moyenne 200 personnes. L’établissement « Aux Ursulines » fonctionne encore aujourd’hui.

L’hospice de l’Infirmerie par ses règlements

Règlement d’ordre intérieur de 1827

Le règlement d’ordre intérieur de 1827, intitulé « Règlement pour le nouvel hospice des vieillars, infirmes et incurables des deux sexes », est divisé en 7 chapitres[27]. Le premier annonce le contenu des suivants : « Direction », « Culte », « Service sanitaire » et « Service de peine ». A cela s’ajoutent encore les chapitres « Coucher et Nourriture », « Police » et « Pensionnaires payants »[28].

Le chapitre sur le Directeur lui attribue l’administration générale de l’établissement, sous la surveillance du Conseil général des Hospices. De la réception des pensionnaires à la visite quotidienne de toutes les pièces de l’établissement, en passant par la comptabilité, la déclaration des décès et la demande et réception des approvisionnements. Son rôle principal est donc celui de surveillant de la vie quotidienne. Il veille, avise et parmi ses prérogatives, il faut encore signaler que c’est lui qui engage et congédie les gens de peine, lui qui est détenteur des clefs. Mais le Directeur reste soumis à l’autorité du Conseil. Un article précise qu’il reçoit de ce dernier les ordres et qu’il est nommé et révocable à volonté. Il ne peut d’ailleurs s’absenter de l’établissement sans en demander la permission au Conseil et aucune absence ne peut durer trop longtemps.

A propos du culte, le règlement précise qu’un ecclésiastique est chargé de l’administration des « Sacrements et du service Divin ». Celui-ci est nommé par le Conseil et son traitement est fixé annuellement. Le religieux règle les jours et heures des confessions ainsi que l’administration des sacrements et il est tenu de prononcer une messe basse quotidienne. Le règlement indique aussi que ces règles ne s’appliquent qu’au culte catholique et que des dispositions particulières pour ceux professant une autre religion sont prises quand cela s’avère nécessaire.

Pour le service sanitaire, le personnel et dans une certaine mesure leur fonction et traitement sont détaillés. Ainsi, exercent à l’Hospice un médecin, un chirurgien, un aide, un pharmacien (aide de la pharmacie générale de Saint Pierre) et un assistant pharmacien. Le médecin et le chirurgien sont chargés du traitement des vieillards des deux sexes, malades, infirmes ou cancéreux et tout comme le Directeur, ils sont soumis à l’autorité du Conseil, nommés par lui et révocables « à volonté ». Un aide les assiste et est, pour sa part, logé à l’Hospice. Le pharmacien est chargé de toutes les préparations et distributions des médicaments. Avec son assistant, ils sont aussi logés et nourris à l’hospice. Il semble dépendre d’une autre autorité, celle de l’Inspecteur général des pharmacies qui dirige, ordonne et surveille la bonne gestion de la pharmacie de l’hospice. Eux aussi semblent ne pas pouvoir s’absenter de l’hospice sans en avoir référé au Conseil.

Le service de peine est assuré par des domestiques à gages choisis par le Directeur. Leur nombre et le montant des gages sont déterminés par le Conseil mais c’est le Directeur qui a le pouvoir de les nommer et de les révoquer. A propos de leur tâche à proprement dit, rien (n’) est vraiment précisé dans les trois seuls articles qui leur sont consacrés. Une mention seule suggère les relations entre pensionnaires et gens de peine. Il est précisé qu’ils sont « tenus de traiter les pensionnaires, soit infirmes ou autres, avec la douceur et les égards dus aux malheur : s’ils ont une plainte à faire contre un des pensionnaires, ils la portent au Directeur, et celui-ci est chargé d’y faire droit »[29].

Le chapitre « Coucher et Nourriture », relativement conséquent, amène une série de précisions quant à l’horaire et le déroulement de la journée. Ainsi on apprend que les indigents admis à l’hospice sont partagés en trois catégories[30] :
A. Les valides ayant la faculté de marcher et de sortir.
B. Les vieillards et infirmes gardant le lit ou ne pouvant marcher.
C. Les cancéreux et hideux.

L’article suivant énonce certains principes qui doivent régir les comportements et les relations entre les pensionnaires pour une bonne organisation collective. L’idée d’une « communauté » est énoncée. Ainsi, les vieillards valides sont tenus de « Faire leurs lits, d’entretenir la propreté de leurs habillements. Ils couvrent et découvrent les tables : nettoyent les légumes, allumes les feux. Ils sont tenus de s’entre-aider les uns les autres soit pour cause de cécité ou autre infirmité en cas de refus le Directeur désigne chaque jour et chacun à son tour, celui qui est chargé d’un service de ce genre, et ce sous peine d’être consigné. Ceux de la seconde et troisième cathégorie sont servis par les domestiques à gages »[31].

Les horaires de lever, de sortie, des repas et des couchers sont précis et indiqués dans le règlement[32]. D’ailleurs, les retards sont punissables, ceux qui ne sont pas là au moment de l’appel sont privés de repas. Les espaces sont aussi bien délimités, les repas se prennent au réfectoire et nulle part ailleurs, aucun pensionnaire d’aucune catégorie ne peut entrer dans les cuisines, laveries, buanderies et magasins.

Le chapitre sur la police de l’établissement indique plus précisément les comportements à suivre et à exclure ainsi que les punitions, le cas échéant. Les pensionnaires sont donc tenus de « respecter le Directeur et de lui obéir. De traiter les domestiques à gages avec douceur sans se permettre aucune injure. Ils n’ont aucun ordre à leur donner, en cas de plainte ils ont recours au Directeur. S’ils croient avoir à se plaindre du Directeur, ils ont leur recours au conseil »[33]. Entre eux, les pensionnaires doivent se comporter « avec la décence et les égards nécessaires à toute communauté ». Querelles, injures et voies de fait sont défendues et les punitions de tels comportements vont de la consigne à l’exclusion. Ainsi, l’exclusion est placée comme peine maximale, prononcée exclusivement par le Conseil. Des articles portent encore sur des faits plus particuliers. La mendicité, le vol, et l’ivresse sont des comportements inacceptables et l’établissement tente de protéger tous ses biens et mobilier contre les pensionnaires et leurs éventuels visiteurs.

Le dernier chapitre, sur les pensionnaires payants permet surtout de mettre au clair le payement de la pension. Apparemment seulement provisoire, les admissions comme payant semblent permettre comme seul avantage de ne pas souscrire de déclaration portant sur l’abandon de leur mobilier à l’hospice en cas de mort.

Règlement d’ordre intérieur de 1860

Sans présenter ici une description aussi détaillée que le règlement précédent, la mention de ce règlement postérieur permet de soulever certains changements dans le texte, significatifs peut-être d’évolutions institutionnelles, importantes ou non[34].

En 1860, les tâches du directeur sont encore plus et mieux précisées, des « employés du Conseil près du Directeur » ont été ajoutés pour aider le directeur aux taches administratives (notamment la tenue de registres).

Les articles à propos du culte ont été modifiés de manière importante. Ainsi, il est précisé avant toute chose que « toutes les religions sont acceptées ». Par ailleurs, il est aussi dit que « l’heure du service divin et sa durée sont réglées de manière à ne pas contrarier le service général de l’hospice »[35].

Les changements les plus marquants résident dans le développement très important du service sanitaire. En terme d’articles, il représente désormais 30 % du règlement pour seulement 7 % en 1827. Des nouvelles tâches sont apparues comme celle d’un enseignement clinique. Ainsi: « Les chefs du service de santé sont tenus de faire tous les matins, la visite de tous les malades et leur service respectif, aux heures fixées par le Conseil sur leur proposition. La visite doit durer le temps nécessaire pour que chaque malade soit soigneusement examiné et traité, suivant la double exigence de son été de maladie et de l’enseignement clinique à donner aux élèves »[36].

L’organisation logistique est bien plus détaillée et le règlement va même jusqu’à préciser la manière d’indiquer les médicaments destinés aux malades : avec étiquette fixe, indiquant la dénomination de ces médicaments, le nom, la salle et le lit du malade,…etc. Dans le service de peine, une différence semble dorénavant opérée entre infirmier(e) et gens de peine.

Pour le reste, l’ensemble des dispositions semble suivre grosso modo la même ligne de conduite que celle mise en place en 1827. Une lecture plus approfondie permettrait néanmoins de déceler des détails révélateurs d’autres évolutions.

En guise de conclusion…

Chacun des articles lus et mentionnés ici pose la question du reflet, miroir ou paradoxe qu’il représente par rapport à une certaine réalité du quotidien institutionnel. La plupart lance des pistes sur les champs à investiguer afin de mieux rendre compte du fonctionnement institutionnel.

Il reste l’impression d’une organisation hiérarchique et administrative complexe comme reflet relativement fidèle de l’organisation de l’hospice. En effet, le Conseil est l’autorité suprême sans faire partie du quotidien de l’institution, à l’intérieur de laquelle directeur, médecin et ecclésiastique se partagent les sphères d’influence. Mais ces détenteurs de pouvoir ne sont sans doute pas ceux qui agissent le plus dans l’hospice : gens de peine et domestiques semblent être des personnages à part entière de la vie de l’établissement. Ainsi, pour chacune de ces fonctions, des questions se posent par qui, comment, combien, pourquoi… les personnes les assumant se caractérisent, informations essentielles pour se rendre compte de la mise en pratique du règlement.

Les règles de vie régissant les horaires et les comportements placent peut-être le règlement plutôt du côté du miroir. C’est parce que certains comportements, certaines relations se passent que l’on tente de les prévenir, voire de les interdire par le règlement. Un jeu de plaintes semble se mettre en place entre directeur, gens de peine et pensionnaires. Chacun pouvant se plaindre au Conseil des comportements des autres, même si l’utilisation du verbe croire dans l’article 52 laisse penser que l’avis des pensionnaires possède moins de poids que celui du directeur[37]. De même, les articles concernant le vol, la mendicité et la boisson sont sans appel dans leur interdiction mais l’on peut se poser la question de la réalité des faits ; des liens qui sont fait aussi entre population présente et représentations de leur défaut.

Certains articles placent finalement le règlement en terme de paradoxe face au quotidien de l’institution. Pour pouvoir les énoncer avec plus de certitude, une recherche dans les archives de l’institution, autres que les règlements, est nécessaire. A titre d’exemple, il est cependant facile d’imaginer qu’un seul médecin, tout assisté d’un élève interne, ne suffit pas à la visite quotidienne des 400 pensionnaires présents en 1860. Le règlement devient une sorte de façade, un modèle idéal que la vie courante ne peut atteindre.

* * *

Ainsi le règlement met sur la piste. Les personnages sont identifiés mais il reste encore à les cerner davantage. Qui, comment, quand, combien, pourquoi ? De même, les règles sont énoncées mais reste à savoir comment elles sont appliquées. Leur existence signifie-t-elle leur respect, leur absence ou leur contraire au quotidien ?

Voilà les questions – que permet d’imaginer l’étude de son règlement – à poser à l’institution, afin d’en restituer au mieux la complexité, d’en tracer au mieux les lignes entre individus et société, de mieux comprendre aussi, la période du XIXème siècle dans laquelle elle s’inscrit.

Les lignes d’un cadre sont tracées, reste encore à rechercher ce qui le constituera de l’intérieur…

 

Annexes

Annexe 1 : Tableau des institutions pour vieillards en 1925

Situation géo

Nom

Nbre

sexe

Conditions/destinations

Anderlecht Hospice provisoire 14 M

– Agé de 65 ans

– Bonne conduite

– Secours de domicile à Anderlecht

Anderlecht Petites Sœurs des Pauvres 250

– 60 ans

– Lucidité d’esprit

– Manque de ressources

Bruxelles Fondation Pachéco 50 F

– 50-70

– Exemptes d’infirmités

– Trousseau

– Habiter Bruxelles depuis 10 ans

– (ayant appartenu à une noble ou bonne famille)

Hospice de l’infirmerie 488 M/F

– 70 au moins

– ou atteintes d’affections incurables ou organiques

Hospice Réunis 142 F

– 50-70

– Exemptes d’infirmité

– Trousseau

– Habiter Bxl depuis 10 ans

– Pour les indigentes, veuves ou célibataires, bonne bourgeoisie

 (ET) Hospice Jouët Rey 32 logement Ménages

– 60 ans et plus

– Mariés depuis 10 ans

– Bonne conduite et moralité

– Etre ingambes

– Habiter Bxl depuis 10 ans

– Mobilier

Ursulines M/F

– 60 et plus

– Domicile de secours Bxl

– Examen médical

Hospice Ste Gertrude 200 M/F

– Domicile de secours à Bxl

Petites Sœurs des Pauvres 265 M/F

– 60 et plus

– Pauvre

– Lucides

Refuge protestant pour vieillards F ou Ménage

– 60 et plus

– Protestant

– Payement pension

Maison de Retraite

– Israélite

– pas d’affection contagieuse

Société française de Bienfaisance 10

– 60 et plus

– Nationalité française

La Retraite des Artistes
Maison de Retraite pour Instituteurs et Institutrices communaux

– 20 ans de service

– Droit à une habitation à la Cité Fontainas

Etterbeek Casa Rosa F

– 60 et plus

– Rente min. de 500 francs

Hospice Jourdan 60 M/F

– Pension

Ixelles Hospice Van Aa 125 vieillards

– Indigent à charge de la commune

– 60 au moins

– Bonne santé physique et morale

Maison Elise Grandprez F

– Prix divers (petites rentières)

– Mobilier

Maison de retraite pour prêtres

– Vieux et infirmes

Maison de Retraite M

– Vieillards et infirmes

Maison de retraite F

– Dames pensionnaires

Maison de Retraite F

– Dames pensionnaires

Koekelberg Hospice Jourdan 40

– Habiter la commune

– Pouvoir subvenir à sa subsistance

Molenbeek-st-Jean Hospice des vieillards 94 M/F

– Vieillards indigents de la commune

– 65 et plus

Saint-Gilles Hospice Jourdan 75

– Valides

– 70 et plus

– 15 années de résidences à St-Gilles

Maison de retraite F
St-Josse-ten-noode Hospice Névraumont 40 M/F

– Indigents

– 65 et plus

– habiter depuis 30 ans

Maison de Retraite F

– Fédération des femmes catholiques belges

Schaerbeek Hospice Albert de Latour M/F

– Valides

– 70 et plus

Uccle Hospice Brugmann 24 M/F

– Cultivateurs et ouvrier

– indigents

– 60 et plus

– Dom. de sec. à Uccle

– Pouvoir réaliser petits travaux

Watermael-Boitsfort Hospice

Annexe 2 : Tableau du nombre des articles consacrés à chaque chapitre dans les règlements d’ordre intérieur de l’Hospice de l’Infirmerie en 1827 et en 1860

1827

Chapitres

Articles

1860

Chapitre

Articles

Le Directeur

19

Directeur

28

Le Culte

7

Culte

5

Service sanitaire

7

Service sanitaire

32

Service de peine

3

Service de peine

6

Coucher et Nourriture

11

Nourriture

4

Police

13

Police

26

Pensionnaires payants

6

Admission des malades et pensionnaires

3

 

Notes de fin


[1] REVEL Jacques, « L’institution et le social », dans Un parcours critique. Douze exercices d’histoire sociale, Paris, Galaade Editions, 2006, pp. 85-110.

[2] Ibidem, p. 85.

[3] Ibidem.

[4] Ibidem, p. 98.

[5] Ibidem, p. 99.

[6] REVEL Jacques, « L’institution et le…, Op. cit., p. 110.

[7] GOFFMAN Erving, Asiles. Etudes sur la condition sociale des malades mentaux et autres reclus, Paris, Les Editions de Minuit, 1968 (Doubleday & Company Inc. 1961), p. 46.

[8] Ibidem, p. 41.

[9] Goffman définit 5 types d’Institutions totales :

–                    Les organismes qui se proposent de prendre en charge les personnes jugées à la fois incapables de subvenir à leurs besoins, et inoffensives. C’est-à-dire les foyers pour aveugles, vieillards, orphelins et indigents.

–                    Les établissements dont la fonction est de prendre en charge les personnes jugées à la fois incapables de s’occuper d’elles-mêmes et dangereuses pour la communauté, même si cette nocivité est involontaire. C’est-à-dire les sanatoriums, hôpitaux psychiatriques et léproseries.

–                    Les institutions destinées à protéger la communauté contre des menaces qualifiées d’intentionnelles, sans que l’intérêt des personnes séquestrées soit le premier but visé. C’est-à-dire les prisons, établissements pénitentiaires, camps de prisonniers et camps de concentration.

–                    Les institutions qui répondent au dessein de créer les meilleures conditions pour la réalisation d’une tâche donnée et qui justifient leur existence par ces seules considérations utilitaires. C’est-à-dire les casernes, navires, internats, camps de travail, forts coloniaux et, pour ceux qui en occupent les communs, les grandes maisons.

–                    Les établissements qui ont pour but d’assurer une retraite hors du monde même si, en fait, on les utilise fréquemment pour former des religieux. C’est-à-dire les abbayes, monastères, couvents et autres communautés religieuses.

            Ibidem, pp. 46-47.

 

[10] GOFFMAN Erving, Asiles. Etudes sur…Op cit., p. 48.

[11] Ibidem, p. 30-31.

[12] GOFFMAN Erving, Asiles. Etudes sur…Op cit., p. 92.

[13] M. Ch. De GRONCKEL (dir.), Répertoire des œuvres et des services d’assistance d’hygiène et de solidarité, par l’union des villes et communes belges, 1925.

[14] Le terme de « vieillards » est celui utilisé tout au long du XIXème et dans la première partie du XXème siècles pour caractériser les personnes âgées.

[15] Pour cette raison et pour sa grande précision, le cadre proposé par De Gronckel est considérée comme pertinent pour une période antérieur à sa publication. Des recherches à venir permettraient de vérifier la pertinence d’une telle liste pour le XIXème siècle.

[16] Convention Nationale, Art. 21, 1793. Cité dans COEKELBERGHS Denis et LOZE Pierre, Un ensemble néo-classique à Bruxelles : le grand hospice et le quartier du béguinage, Bruxelles, p. 37.

[17] Voir en annexe un tableau reprenant les principales caractéristiques des différentes institutions. Les parenthèses viennent tempérer l’absolu des chiffres. En effet, certains chiffres manquent dans la liste présentée par De Gronckel et malgré une grande précision, on ne peut affirmer avec certitude que toutes les institutions ont été reprises de manière exhaustive. Voir Annexe 1, p. 11.

[18] Toujours selon les chiffres de De Gronckel.

[19] La période hollandaise de la Belgique suit la période française entre 1815 et 1830.

[20] COEKELBERGHS Denis et LOZE Pierre, Un ensemble néo-classique à Bruxelles : le grand hospice et le quartier du béguinage, Institut royale du patrimoine artistique et Ministère de la communauté française Bruxelles, 1983 p. 43 ; Archives du CPAS (ACPAS), Farde des règlements, Dossier Hospice Pachéco, notice historique.

[21] Chiffres retrouvés dans J.-F. VANDER REST, Aperçu historique sur les établissements de bienfaisance de la ville de Bruxelles, Bruxelles, 1860.

[22] Une réunion des petits hospices pour vieillards a aussi eu lieu au début du XIXème siècle. Ils sont réunis dans les locaux de l’ancien couvent des Alexiens. En 1807, il s’y trouve 51 pensionnaires. A la fin de 1808, on y place aussi les hommes infirmes ou incurables admis antérieurement à l’hôpital Saint-Pierre. Juste avant d’être transféré dans le nouvel Hospice de l’Infirmerie, cet hospice contient 151 pensionnaires.

[23] Cette fusion amène la confusion des dénominations puisque l’Hospice de l’Infirmerie prend, dans l’usage courant, le nom d’Hospice Pachéco.

[24] ACPAS, Farde des règlements, Dossier Sainte Gertrude, Règlement 1848.

[25] Ibidem, Règlement 1808.

[26] ACPAS, Farde des règlements, Dossier Ursuline, notice historique.

[27] ACPAS, Farde des règlements, Dossier Infirmerie, Règlement 1827.

[28] En cela, le règlement de l’Infirmerie ne diffère absolument pas des autres institutions du réseau de l’assistance publique, une sorte de modèle général semble gouverner l’écriture de tels documents. Voir ACPAS, Farde des règlements.

[29] ACPAS, Farde des règlements, Dossier Infirmerie, Règlement 1827, article 38.

[30] Ibidem, art. 39.

[31] Ibidem, art. 40.

[32] Ibidem, art 41 : « L’heure du lever pour la première cathégorie sera depuis le 1er mai au 30 septembre à 6h du matin et du 1er octobre au 30 avril à 8h. Art 42 : La sortie de l’établissement n’est permise qu’après le déjeuner et après le service de propreté. Art 43 : Le coucher est fixé du 1er mai au 30 septembre à 9h30 et du 1er octobre au 30 avril à 8h30 du soir. A 9h en été et à 8 h en hiver, les feux et les lumières qui ne doivent pas brûler toute la nuit sont éteintes. Art 44 : Une heure après le lever le déjeuner est servi dans les réfectoires, pour ceux compris dans la première cathégorie et dans les dortoirs pour la deuxième et troisième. Art 45 : Le diner est servi à midi précis et finit à une heure de relevée. Les pensionnaires de la première cathégories doivent être rentrés à 11h30 pour apprêter leur réfectoire et y être en place au moment de l’appel par la cloche. Art 46 : Le soupé a lieu du 1er mai au 30 septembre à 8 heures et du 1er octobre au 30 avril à 7 heures du soir. Il dure une demie heure ».

[33] Ibidem, art. 52.

[34] En annexe, un tableau permet de se rendre comptes des importances différentes des différents chapitres selon les règlements. Voir Annexe 2, p. 12.

[35] ACPAS, Farde des règlements, Dossier Infirmerie, Règlement 1860, art. 39.

[36] Ibidem, art. 53.

[37] Ibidem, art. 52 : « Ils [les pensionnaires] sont tenus de respecter le Directeur et de lui obéir, de traiter les domestiques à gages avec douceur sans se permettre aucune injure ; ils n’ont aucun ordre à leur donner ; en cas de plainte, ils ont recours au Directeur. S’ils croient avoir à se plaindre du Directeur, ils ont leurs recours au Conseil ». 

Le prix de l’Université des Femmes pour les “folles de Bailleul”

 

UF - copie

Sophie Richelle a reçu le premier prix de l’université des femmes pour son mémoire de fin d’étude, les “folles de Bailleul” en 2013.

En effet, afin de promouvoir des études féministes au sein des universités et des écoles supérieures, l’Université des Femmes attribue chaque année des prix à des jeunes pour leur mémoire de fin d’études.
Le prix de l’Université des Femmes est décerné à des étudiants ayant réalisé un travail de fin d’études supérieures abordant une problématique «femmes» dans un esprit féministe.
Deux prix sont octroyés en fonction de l’institution d’enseignement dont le travail est issu :
– Catégorie « Master »
– Catégorie « Baccalauréat »
Le travail doit avoir été sanctionné par une institution d’enseignement supérieur universitaire (catégorie « Master ») ou non universitaire (catégorie « Baccalauréat ») belge francophone. Il peut être défendu dans toute discipline mais doit contribuer à enrichir les connaissances utiles aux femmes et aux rapports sociaux de sexe. La sélection est effectuée par un jury composé d’enseignantes et de chercheuses appartenant à diverses disciplines.

Pour en savoir plus sur l’ Université des femmes …

Soutenance de thèse Aix-Marseille Université

Titre de la thèse : Prise en charge des vieillissements. Solidarité sociale et intergénérationnelle. Le cas d’un EHPAD privé comme entité collective

Auteur : Iris Loffeier

Directeur de recherche : Nicole Ramognino

Membres du jury :
- Nicole Ramognino (professeur AMU)
- Albert Ogien (directeur de recherche, EHESS Paris)
- Vincent Caradec (professeur Lille 3)
- Philippe Vitale (MC AMU)

Résumé :

À l’intersection entre différentes spécialités sociologiques, cette recherche vise à saisir les normes qui contribuent à construire la catégorie des personnes âgées dans l’un des lieux extrêmes de sa « mise en problème » : la maison de retraite. Une pluralité de savoirs spécifiques (médicaux, psychologiques, sociologiques…), se réunit et trouve son application à l’intérieur de ces « domiciles de substitution ». En s’appuyant sur des données discursives issues d’entretiens avec les professionnels et de documents officiels, mais également d’une observation participante dans un EHPAD, l’enquête cherche à analyser les liens entre connaissance, normes et (re)production de l’ordre interactionnel impliquant des personnes âgées. Cet ordre interactionnel se définit à plusieurs niveaux. D’une part, des normes formelles font l’objet d’un travail politique et de production par une instance nationale nouvelle : l’Anesm, qui édite depuis 2008 des « guides de bonnes pratiques professionnelles ». D’autre part, des normes et des règles sont produites en situation à l’intérieur de l’établissement. Cette recherche vise à toucher plus largement la question de l’inscription sociale des personnes âgées, dans le cadre de la constitution d’un lien social intergénérationnel en maison de retraite. La « protection » des personnes ne peut en effet se penser indépendamment de celle des travailleurs à qui il incombe de produire leur « bien être » tandis que les normes qui conduisent cette production se révèlent parfois contradictoires entre elles.

 

Mots clés : connaissance, personnes âgées, EHPAD, politiques publiques, pédagogisation, reconnaissance

Les folles de Bailleul – Docuradio

Album de l'asile de Bailleul, s.d.
Album de l’asile de Bailleul, s.d.

Il s’agit d’un documentaire-fiction radiophonique réalisé sur base du travail de fin d’étude en Histoire de Sophie Richelle.

Ce mémoire, intitulé “Les folles de Bailleul. Expériences et conditions d’internement dans un asile français (1880-1914)”, étudie la vie de certaines femmes aliénées à l’asile de Bailleul (Nord de la France) au tournant des XIXe et XXe siècles.

Le vécu, l’expérience, le ressenti,… sont des histoires compliquées à raconter. C’est donc à travers des éléments plus facilement traçables qu’ils ont été étudiés: l’asile comme construction, les familles, les médecins, les traitements, les soeurs hospitalières… Les aliénées se laissent alors raconter dans leurs rapports à ces différentes composantes de leur vie asilaire.

Par ce récit audio qui s’en va  chercher très librement du côté de la fiction – malgré l’authenticité des archives récitées-, une histoire se raconte autrement, se laisse entendre…

Suivez le lien:

https://soundcloud.com/tags/lesfollesdebailleul

Docuradio-LesfollesdeBailleul

Histoires de Lux

Once-293x300

A legend says that in the 10th century, Luxembourg was founded on the rock where Siegfried of the Ardennes first saw his beautiful wife Melusine of the Alzette valley. She disappeared and was never seen again when Siegfried found out that she had a secret: while bathing her legs turned into a fish tail. Outside of the country, Luxembourg is not known for its founding myth but as a tax haven, the home of numerous companies and banks. But Luxembourg is much more than it’s historical myth and nowadays fiscal paradise. The world’s last Grand Duchy is europe’s biggest micro state and a case in point that history is a matter of perspective. Where better, then, to start re-examining the continent’s medical and socio-educational history of the 19th and 20th century? The Histoires de Lux will be told by three research teams based at the university of Luxembourg, aiming to inform a broader public about the newest developments in our fields of interest: Fabricating Modern Societies (FAMOSO), Framing Age (FRAMAG) and Standardizing the Difference (STANDDIFF).

We have created this blog to keep you posted: on publications, conferences as well as our personal research progress. Interested?

Then join us as we explore Tales from Europe about Medicine and Education.

 

 

 

Le prix Suzanne Tassier pour les “folles de Bailleul”

TASSIER - copieLe prix Suzanne Tassier, décerné chaque année par la Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université libre de Bruxelles, récompense un(e) étudiant(e) qui a obtenu le diplôme de Master en Histoire en ayant présenté un mémoire de Master jugé le meilleur dans le domaine de l’Histoire moderne et contemporaine et portant sur l’étude de la condition féminine et de l’histoire du genre.

En 2013, ce prix a été décerné à Sophie Richelle pour son mémoire “Les “folles de Bailleul”. Expériences et conditions d’internement dans un asile français (1880-1914)”.

Les personnes âgées en psychiatrie: une perspective historique

Screenshot from 2013-04-15 06:32:36* Ce texte a été publié en mai 2012, sous une forme légèrement différente, dans la revue forum qui publie un numéro consacré aux Menschenrechte in der Pflege.

« Personnes âgées » et « psychiatrie » : voilà deux termes qui se croisent depuis 200 ans et qui constituent des repoussoirs l’un pour l’autre. Les personnes âgées et les responsables politiques qui développent des politiques pour ce groupe craignent le côté stigmatisant lié à l’évocation de la psychiatrie. Le vieillissement n’est pas une maladie, et surtout pas une maladie mentale, définie souvent comme persistante et inguérissable. De son côté, la psychiatrie considère les personnes âgées – pour exactement la même raison – comme une population de patients peu valorisante, surtout pendant les périodes historiques où ce champ se définit comme une approche médicale et biologique. Les difficultés thérapeutiques que posent ces patients risquent de marginaliser davantage encore une discipline qui peine à trouver sa légitimité en médecine. Les psychiatres appréhendent l’aspect chronique de ces patients qui occupent des lits, qui semblent incurables et qui sont responsables des mauvaises statistiques.

En même temps, dès sa naissance dans la première moitié du 19e siècle, la psychiatrie est confrontée à la problématique du vieillissement. Les lieux dans lesquels la psychiatrie commence à être exercée et à se construire comme profession, se caractérisent souvent par une population très hétérogène parmi laquelle les personnes âgées constituent une partie non-négligeable. À Luxembourg, l’Hospice Central d’Ettelbrück qui ouvre ses portes en 1855 et qui constitue l’ancêtre de l’actuel Centre Hospitalier Neuro-Psychiatrique, accueille et enferme à ses débuts différentes populations marginalisées.

La rencontre entre « psychiatrie » et « personnes âgées » est d’abord sociale avant de devenir médicale. Ces personnes que la psychiatrie – psychiatres, gardiens, sœurs – rencontre ne sont pas seulement âgées, elles sont le plus souvent également pauvres. Cette population connaît une double origine. Il s’agit d’une part de patients qui sont arrivés jeunes à l’asile et qui n’en sont jamais sortis. Le long séjour (plus de 10 ans) ne constitue pas l’expérience majoritaire des reclus, mais affecte néanmoins un groupe non-négligeable de la population asilaire1. D’autre part, les asiles accueillent des patients qui arrivent dans l’institution pour des problèmes liées spécifiquement au vieillissement : le premier patient de l’Hospice Central à Ettelbrück, un gendarme pensionné, faisait probablement partie de cette deuxième catégorie2. Avant la mise en place de services spécifiques de gériatrie, la psychiatrie est le lieu où sont « déposées » les personnes âgées jugées trop difficiles pour rester dans leurs familles ou dans un service hospitalier normal. Dans une approche quantitative, la psychiatrie reste la réponse institutionnelle pour les personnes âgées, avant que, à partir des années 1960, la multiplication des maisons de repos offre une alternative . Dans un tel contexte, l’asile a surtout une fonction de gardiennage, tous les manuels de psychiatrie s’accordent pour dire qu’au niveau thérapeutique peu de solutions s’offrent.

C’est seulement dans un deuxième temps que la présence des personnes âgées en psychiatrie est définie comme un problème médical. Pendant très longtemps, la démence sera le topo à travers lequel la psychiatrie précise sa position face au vieillissement. Philippe Pinel va « forger » la « démence » en 1785 comme terme médical. Étienne Esquirol affine la nosologie trente ans plus tard en imposant une différenciation accrue : il distinguera entre la « démence aiguë » et la « démence sénile ». Dans les années 1870, le psychiatre allemand Richard von Krafft-Ebing souligne le caractère traitable de la première et le caractère inéluctable de la deuxième démence. Pendant 70 ans la psychiatrie va surtout utiliser ce terme nosologique pour parler des personnes âgées. Le psychiatre anglais Charles Mercier qui a rédigé un manuel psychiatrique ayant connu plusieurs éditions, résume ainsi la pensée dominante de l’époque : la démence est « la condition naturelle de l’homme dans ses années déclinantes » et elle est inévitable si la mort est le résultat « de l’expiration naturelle des forces de la vie, et non pas d’un acte violent ou de la quasi-violence d’une maladie »3. C’est seulement dans les années 1950 que la psychiatrie va diversifier sa nosologie concernant les personnes âgées. Si elle ne joue pas un rôle central dans la naissance de la gérontologie aux États-Unis ou en Europe, elle deviendra par la suite un acteur important dans ce nouveau champ. En 1955, le psychiatre anglais Martin Roth publie son article séminal The Natural History of Mental Disorders in Old Age dans lequel il propose cinq catégories : psychose affective, psychose sénile, paraphrénie, confusion aiguë, psychose artériosclérotique. Cet article n’est pas seulement intéressant parce qu’il reconnait une autonomie à certains diagnostics auparavant subsumés sous psychoses sénile ou artériosclérotique. Il est également révélateur d’un changement d’optique : d’une approche basée sur un modèle psychodynamique, Roth passe à un paradigme qui accorde beaucoup plus d’importance à la neuropathologie4.

Cette évolution qui touche plus largement la psychiatrie est particulièrement visible dans l’essor que prend le diagnostic de la maladie d’Alzheimer. « Découverte » dans les années 1900 par le psychiatre allemand Alois Alzheimer, la démence présénile caractérise dans un premier temps des personnes qui ne sont pas considérées comme vieillissantes, mais qui présentent néanmoins des symptômes similaires à la démence, la maladie (psychiatrique) par définition du vieillissement. Le psychiatre allemand accorde une place importante à une explication neurologique : des déformations du tissu cérébral sont la cause de la maladie. Pendant cinquante ans, cette description pathologique ne sera guère utilisée, ni dans la nosologie psychiatrique ni dans le language courant. Dans la deuxième édition du Diagnostic and statistical manual of mental disorders (DSM-II) de 1968, la bible nosologique de la psychiatrie, quelques lignes à peine sont consacrées à la démence présénile, lignes dans lesquels le nom d’Alzheimer apparaît deux fois. Vingt ans plus tard, la quatrième édition a gagné en épaisseur, mais accorde beaucoup plus d’attention à la « maladie d’Alzheimer » : elle est maintenant devenue une entrée propre et sa description occupe cinq pages.

Tableau – Part du mot « Alzheimer » dans le corpus anglais des textes scannés par Google (requête effectuée le 5 avril 2012)

Encore élément marginal dans la nosologie psychiatrique des années 1960, la maladie d’Alzheimer est devenue une description centrale dans les années 1980 jusqu’à devenir presque synonyme de maladie mentale pour personnes âgées, situation paradoxale vu qu’Alois Alzheimer l’avait justement réservée à des personnes qui n’étaient pas encore considérées comme vieilles : la première personne diagnostiquée comme telle, Auguste Deter, avait 51 ans. La différenciation nosologique est symptomatique d’un changement d’optique : les personnes âgées ne souffrent plus des conséquences inévitables du vieillissement mais d’une maladie spécifique.

À partir de l’entre-deux-guerres, la gérontologie commence à se développer comme nouveau champ interdisciplinaire s’occupant du vieillissement, d’abord aux États-Unis, puis à partir de l’après-1945 également en Europe. Dans un premier temps, on y retrouve surtout des endocrinologues, des physiologistes, des cardiologues…

Tableau 2 – Articles publiés dans le Journal of Gerontology par domaine de recherches5

1946

1947

1948

1949

1950

1951

1952

1953

Biologie/Médecine (utilisant des animaux)

13

9

4

4

4

6

10

6

Biologie/Médecine (utilisant des humains)

10

10

14

20

20

13

21

28

Sciences Sociales

8

2

5

5

6

10

11

10

Psychologie/Psychiatrie

0

2

1

4

2

2

2

5

La presqu’absence de psychiatres dans les revues fondatrices du champ ne signifie néanmoins pas l’absence du champ : dans le premier numéro de la nouvelle revue de gérontologie française qui voit le jour en 1976 six des 18 publicités sont consacrées spécifiquement à la psychiatrie6. Malgré l’ancienneté de la pratique thérapeutique des personnes âgées, la psychiatrie en tant que discipline montrera donc une certaine réticence à revendiquer un savoir-faire pour cette problématique sociétale. Dans les derniers 40 ans on observe néanmoins une institutionalisation des psychiatres qui s’intéressent spécifiquement au vieillissement. The Faculty of the Old Age Psychiatry auprès du Royal College of Psychiatry a été fondée en 1973. En 1982 se crée l’International Psychogeriatric Association (IPG). En Allemange, c’est en 1992 que se constitue la Deutsche Gesellschaft für Gerontopsychiatrie und –psychotherapie. Ces trois exemples illustrent à travers le flottement sémantique la fluidité d’un champ qui est en train de se construire. L’organisation anglaise est clairement limitée aux psychiatres. L’IPG réunit psychologues et psychiatres. L’association allemande connaît une définition plus large.

Pour conclure, revenons à l’institution où « psychiatrie » et « personnes âgées » se sont rencontrées : l’asile. Lors des derniers cinquante ans, on assiste dans de nombreux pays européens à une sortie des personnes âgées des institutions psychiatriques. Ce mouvement s’inscrit dans un développement plus large qui vise à quitter l’enfermement asilaire. Dans certains pays comme la Grande-Bretagne, cette politique a conduit à la fermeture de la plupart des grands asiles. Dans d’autres pays comme la Belgique, les grandes institutions ont diminué le nombre de leurs lits et des organisations complémentaires extra-hospitalières sont mises en place. Comme les personnes âgées occupaient un nombre important de ces lits – dans la Grande-Bretagne du début des années 1970 la moitié des patients en hôpital psychiatrique a plus de 65 ans7 – toute une panoplie de nouvelles institutions qui gèrent les différents degrés d’autonomie des personnes âgées voient le jour. Le Luxembourg a été touché tardivement par ces changements. Ce n’est que depuis six ans qu’à l’intérieur du Centre Hospitalier Neuro-Psychiatrique on spécifie institutionnellement l’approche thérapeutique en distinguant entre un service proprement psychiatrique, un service accompagnant les personnes âgées et un service dédié aux personnes présentant un handicap mental.

  1.  Dans l’Angleterre de la fin du 19e siècle, 10% des patients séjournent plus de 3 000 jours dans les asiles : Joseph Melling and Bill Forsythe, The Politics of Madness the State, Insanity and Society in England, 1845-1914 (London; New York: Routledge, 2006), p. 138. []
  2. Jean-Marie Majerus, ‘Das Centre Hospitalier Neuro-psychiatrique’, in Handbuch Der Sozialen Und Erzieherischen Arbeit in Luxemburg, ed. by H. Willems and others (Luxembourg: Saint-Paul, 2009), pp. 113–125 (p. 117). []
  3. Charles Mercier, Sanity and Insanity : with Illustrations (London: W. Scott, 1890), p. 370. Ce manuel, hébergé par Gallica, est accessible ici. []
  4. Jesse F. Ballenger, Self, Senility, and Alzheimer’s Disease in Modern America : a History (Baltimore: Johns Hopkins University Press, 2006), pp. 53–54. []
  5. H.W. Park, ‘Refiguring Old Age: Shaping Scientific Research on Senescence, 1900-1960’ (University of Minnesota, 2009), p. 327. Pour télécharger ce travail, cliquez ici. []
  6. Benoit Majerus, ‘Defining Geriatrics’, a Notebook, 2012 [accessed 2 April 2012]. []
  7. Claire Hilton, ‘The Provision of Mental Health Services in England for People over 65 Years of Age, 1970—78’, History of Psychiatry, 19 (2008), 297–320 (p. 297). []