Alzheimer in der deutschsprachigen Presse – Geschichte einer Problematisierung (1982-1992)

titel
1898 widmet der Spiegel zum ersten Mal Alzheimer seine Titelgeschichte

Vor 18 Monaten hatte ich einen Beitrag über die Alzheimer-Berichterstattung in der französischen Tageszeitung Le Monde der 1980er Jahre gepostet. Diese Übung hatte sich als hilfreich erwiesen, um eine erste Chronologie der Problematisierung von Alzheimer in Frankreich herauszuarbeiten. Dieser Artikel ist ein ähnlicher Versuch für den deutschsprachigen Raum.1

Bei der Konstruktion von sozialen Problemen spielt die Presse eine entscheidende Rolle: Massenmedien machen das Thema öffentlich (Agenda-Setting), tragen zur Legitimität von verschiedenen Experten bei und beeinflussen so den öffentlichen Diskurs.2

 Anzahl der Artikel, die das Wort „Alzheimer“ enthalten

1982

1983

1984

1985

1986

1987

1988

1989

1990

1991

1992

1993

1994

1

5

1

3

4

8

5

13

18

32

25

47

50

Die deutschsprachige Chronologie ist mit der in Frankreich vergleichbar. Alzheimer wird im europäischen Raum später sichtbar als in den Vereinigten Staaten. In der zweiten Hälfte der 1980er Jahren taucht der Begriff immer häufiger auf. Ab Mitte der 1990er Jahre wird das Thema dann in allen konsultierten Zeitungen mehrmals im Jahr aufgegriffen. In der Tageszeitung Hamburger Abendblatt und der Wochenzeitung Die Zeit sind die größeren Artikel von einigen wenigen Journalisten geschrieben. Für das Abendblatt ist es Max Conradt3, für Die Zeit die beiden Wissenschaftsjournalisten Günter Haaf und Annelies Furtmayr-Schuh. Letztgenannte publiziert 1990 mit Das große Vergessen: die Alzheimer Krankheit eines der ersten populärwissenschaftlichen Büchern zum Thema, das einen großen Erfolg kennt.4

In den ersten Jahren erscheint Alzheimer als eine amerikanische Krankheit: Zahlen, die genannt werden, beschreiben die Lage in den Vereinigten Staaten, und auch die Wissenschaftler, die zitiert werden, stammen aus dem angloamerikanischen Raum. In der zweiten Hälfte der 1980er Jahren kommen dann auch deutsche Experten zu Wort. Konrad Beyreuther und Hans Lauter sind die meinungsführende Forscher in der deutschsprachigen Presse. Der Molekularbiologe aus Köln und Heidelberg, Konrad Beyreuther, spielt in der Mitte der 1980er Jahre eine wichtige Rolle in der Verfestigung der Amyloid-These. Er ist bei weitem der prominenteste Experte: mehrere Artikel sind seinen Arbeiten gewidmet und des Öfteren mit seinem Konterfei illustriert. Der Psychiater Hans Lauter ist ein zweiter Experte, der in diesen Jahren öfters zu Wort kommt. Er ist einer der wenigen Psychiater, die bereits in den 1960er und 1970er Jahren über Alzheimer publizieren. In den 1980er Jahren ist er einer der Mitbegründer der Deutschen Alzheimer Gesellschaft. Insgesamt dominieren die Psychiater die Expertise in der deutschsprachigen Presse. Von den dreizehn zwischen 1983 und 1992 im Hamburger Abendblatt, der Zeit und Spiegel genannten deutschen Experten, sind sieben Psychiater. Bis Mitte der 1990er Jahre wird die Debatte in der Presse fast ausschließlich von Ärzten und Naturwissenschaftlern geführt. Sowohl Humanwissenschaftler5 wie Interessengruppen6 bleiben außen vor. Politiker kommen in dem von mir in Betracht bezogenen Zeitabschnitt nicht vor, was ein Indiz dafür ist, dass die Problematisierung der Krankheit noch im Anfangsstudium steckt.7

Alzheimer wird hauptsächlich als eine Hirnkrankheit dargestellt, die nach außen hin durch das „Vergessen“ sichtbar wird. Andere Symptome werden kaum berücksichtigt. Durch die zentrale Stelle von Beyreuther, der die These vertritt, dass Alzheimer durch einen Fehler auf dem Chromosom 21 entsteht, wird Alzheimer in diesen Jahren immer wieder mit dem Down-Syndrom in Verbindung gebracht. Die meisten Artikel weisen darauf hin, dass die Wissenschaft sowohl über den Auslöser wie mögliche Therapien weitgehend im Dunkeln ist.

1989 widmet Der Spiegel Alzheimer seine Titelgeschichte.8 „Alterskrankheit Alzheimer. Gedächtnisschwund“ überschrieben, enthält das Juni-Heft mehrere Beiträge zum Thema. Dabei ist der Ton sehr alarmierend. In dem 8 Seiten langen Hauptartikel wird Alzheimer unter anderem mit folgenden Schlagwörtern umschrieben: „stille Epidemie“, „Apokalyptischer Reiter“, „Top-Killer“, „schwarze Pest“.9

Screenshot from 2015-01-23 08:42:58

Die Wordcloud des Artikels10 erlaubt es die Diskussion in Deutschland in den von der amerikanischen Anthropologin Margaret Lock entworfenen drei zentralen Spannungskategorien zu analysieren: Altern vs Pathologie, Hirn vs Geist, Gene vs Umwelt.11

Alzheimer wird ganz klar als pathologisch definiert und nicht als ‘normale’ Alterserscheinung. Wie stark dieses Narrativ ist, zeigt sich an der häufigen Benutzung der Wörter „Patienten“/”Kranken”.12 Damit einher geht auch eine Fokussierung auf das Hirn. Nur die letzte der drei von Lock vorgeschlagenen Spannungskategorien bleibt offen. Der prominenteste Experte, Konrad Beyreuther, vertritt die Gen-These, doch in den Artikeln des Spiegels tauchen ebenfalls Umwelterklärungen auf: Aluminium, saurer Regen, Viren, Quecksilber, …

Neben den wissenschaftlichen Debatten, die in den drei Zeitungen zu Wort kommen, wird gleichermaßen auf die sozialen Probleme hingewiesen, die mit Alzheimer verbunden sind. Dabei leiten die Journalisten ihren Artikel oft mit einem anonymisierten Bericht aus dem Alltag eines Alzheimer-Erkrankten und seiner Familie ein. Die betroffene Person, meistens eine Frau13, führt ein wünschenswertes (bürgerliches) Leben, das plötzlich unterbrochen wird. Der erste Zeit-Artikel, der der Alzheimer-Krankheit gewidmet ist, illustriert dieses Narrativ:

Mehr als drei Jahrzehnte war die heute 59 Jahre alte Tanzpädagogin Lucile Nathanson mir ihrem Mann Bernhard, einem ehemaligen Professor für Zahnmedizin, in ihrer Freizeit gesegelt. Doch eines Tages verblüffte sie ihn mit der Frage nach der Bedeutung der Begriffe ‘Backbord’ und ‘Steuerbord’. Es war kein Scherz. Lucile Nathansons Frage war Ausdruck einer besonderen Vergesslichkeit – einer Krankheit, die derzeit Amerika erschreckt.14

Neben diesen ‘Allerweltspersonen’ werden ebenfalls prominente Schicksale hervorgehoben. In der deutschsprachigen Presse werden vor allem zwei Persönlichkeiten erwähnt. Wie in Frankreich, wird auch in Deutschland die Biographie der amerikanischen Schauspielerin Rita Hayworth regelmäßig bemüht. Die Kapriolen Hayworth werden lange Zeit auf ihren hohen Alkoholkonsum zurückgeführt, ehe sie 1981 mit Alzheimer diagnostiziert wird und 1990 stirbt. Ihre Tochter gründet 1984 die Vereinigung Alzheimer Disease International.15 Hayworth wird in jedem längeren Artikel, der Alzheimer gewidmet, erwähnt. Die zweite Persönlichkeit, die des Öfteren genannt wird, ist der deutsche Politiker Herbert Wehner. Der Kontrast zwischen dem wortgewaltigen SPD-Politiker und dem kranken Mann scheint besonders aussagekräftig. Seine Ehefrau, Greta Wehner, die ihn während den letzten Jahren seines Lebens pflegt, tritt auf mehreren Veranstaltungen auf, auf denen sie über die Krankheit berichtet, und so zu der Sichtbarmachung von Alzheimer beiträgt.16 In beiden Fällen werden aber immer Einzelbeispiele hervorgehoben. Alzheimer erscheint als Krankheit von Individuen. Die Fokussierung auf das Hirn – wenigstens in diesem Zeitraum – erlauben keinen Platz für gesellschaftliche Lösungen.

Wie in Frankreich, zirkulieren auch in Deutschland während den ersten Jahren der Problematisierung von Alzheimer sehr verschiedene Zahlen zu den Erkrankten. Diese Schwierigkeit der Stabilisierung findet sich auch in den akademischen Artikeln wieder. 1987 spricht Hans Lauter von 250 000 Alzheimer-Erkrankten.17, drei Jahre später von 600 00018 Eines der Probleme ist lange Zeit das Fehlen von deutschen epidemiologischen Studien, so dass oft anhand amerikanischer Studien Schätzungen für Deutschland erstellt werden. Mit dem Benennen von (hohen) Zahlen wird die Legitimität des Themas gestützt: „Patientenzahlen sind in der Tat alarmierend“19, „vierthäufigste Todesursache“,…20

Sie erlauben es auch, Alzheimer gegenüber anderen Krankheiten zu positionieren. Dabei fällt auf, dass Aids immer wieder als Referenzkrankheit zitiert, manchmal auch als Konkurrenzphänomen beschrieben wird.21. 1990 schreibt Annelies Furtmayr-Schuh: „Obwohl sie weit mehr Menschen trifft als Aids – 300 000 Alzheimer-Opfer gegenüber rund 3500 Aids-Kranken in der Bundesrepublik Deutschland -, kennen viele diese Geißel höchstens als Schlagwort.“.22

 Anzahl der Alzheimer-Erkrankten in der deutschsprachigen Presse

 

1983

1986

1987

1989

1990

1992

Deutschland

400 000

2 Millionen

Einige hunderttausend

600 000/ 800 000

300 000

800 000

Vereinigten Staaten

2 Millionen/3 Millionen

2 bis 4 Millionen

Wie schwierig die Definition dessen was Alzheimer ist, wird bei diesen Zahlen klar. In der Tat sind die in mit ‘Alzheimer’ überschriebenen Zeitungsartikeln genannten Zahlen nicht immer sehr klar identifiziert. So liest man in einem „Alzheimer-Krankheit breitet sich aus“ überschriebenen Artikel des Hamburger Abendblattes: „Bereits heute leiden allein in der Bundesrepublik schätzungsweise 600 000 ältere Menschen an Gedächtnisstörungen bis hin zu schweren Ausfällen des Gehirns.“ – ob hier von sämtlichen Demenz- oder von Alzheimer-Erkrankten die Rede ist, ist nicht sehr klar.23

Und in der „Fußnote der Geschichte“?

In der „DDR-Presse“24 wird Alzheimer ähnlich wie in der BRD ein Thema ab Mitte der 1980er Jahre. Allerdings wird Alzheimer bis 1989 nicht als eigenständiges Problem thematisiert, sondern immer nur in breiteren Artikeln kurz angeschnitten. Die Gründe sind vielfältig. Einerseits besitzt die DDR keine ausgewiesenen Spezialisten/Experten auf dem Feld. Zweitens ist die westliche People-Berichterstattung als Aufhänger in den drei Zeitungen wohl kaum erwünscht. Drittens ist das Sprechen über Alzheimer in der BRD indirekt auch immer ein Anlass für eine öffentliche Diskussion über das Gesundheitssystem, eine Öffentlichkeit, die so nicht in der DDR besteht.25

Anzahl der Artikel die das Wort „Alzheimer“ enthalten („DDR-Presse“)

1986

1987

1988

1989

1990

1991

1992

1993

1

3

2

1

10

3

5

11

  1. Für die quantitative Analyse habe ich auf Zeitungen zurückgegriffen, bei denen eine kostenfreie Volltextsuche über das Web möglich ist. Die Liste der verfügbaren Zeitungen hat die Bayerische Staatsbibliothek zusammengestellt: Der Spiegel*, Die Zeit*, Die Tageszeitung (taz), das Hamburger Abendblatt* und die Neue Zürcher Zeitung (NZZ). Für die qualitative Analyse habe ich mich auf die drei Zeitungen (mit einem * gekennzeichnet) begrenzt, bei denen das Lesen der Artikel nicht kostenpflichtig ist. Ich habe mich auf die ersten Jahre der öffentlichen Problematisierung von Alzheimer beschränkt: der 1982 in der NZZ erschienen Artikel bildet den Anfang: « Transplantation im Gehirn », Neue Zürcher Zeitung, 22/09/1982. []
  2. Groenemeyer A. (dir.), Doing Social Problems Mikroanalysen der Konstruktion sozialer Probleme und sozialer Kontrolle in institutionellen Kontexten, Wiesbaden, Verlag für Sozialwissenschaften, 2010. []
  3. In den 1980er Jahren erhält dieser Journalist zweimal den renommierten Theodor-Wolff-Preis: « Theodor-Wolff-Preis », Wikipedia, 23.1.2015. []
  4. Furtmayr-Schuh A., Das große Vergessen: die Alzheimer Krankheit, Zürich, Kreuz Verlag, 1990. Zwischen 1990 und 2000 kennt das Buch fünf Auflagen und wird ins Niederländische und Spanische übersetzt. Der 1975 gegründete Kreuz Verlag ist u.a. auf sogenannte Lebenshilfe-Bücher spezialisiert. 1989 hatte der deutsche Neurologe Günter Krämer ein erstes deutschsprachiges populärwissenschaftliches Buch zu diesem Thema herausgegeben: Krämer G., Alzheimer-Krankheit: Ursachen, Krankheitszeichen, Untersuchung, Behandlung ; für Angehörige, Betreuer, Selbsthilfegruppen und alle, die sich über das Krankheitsbild informieren wollen, Stuttgart, TRIAS Thieme Hippokrates Enke, 1989. Günter Krämer publiziert bis heute Bücher zu diesem Thema. []
  5. Eine Ausnahme bildet der Psychologe Paul Baltes, dem ab den 1990er Jahren mit ihrer Berliner Altersstudie eine gewisse Legitimität zugestanden wird. []
  6. Dieser letzter Punkt hängt vielleicht auch mit der Auswahl des Korpus (hauptsächlich nationale Wochenzeitungen) zusammen: im Hamburger Abendblatt wird ab 1990 auf lokale Selbsthilfegruppen und Beratungsstellen hingewiesen so z.B. « Abend für Angehörige », Hamburger Abendblatt, 29/10/1990. []
  7. In der Problematisierungsforschung wird seit den Arbeiten von Kitsuse und Spector idealtypisch vier Etappen unterschieden: eine Gegebenheit wird als Problem definiert (claims-making), die offizielle Stellen (z.B. Politiker, Behörden…) reagieren darauf, die Antwort wird als ungenügend angesehen, neue Institutionen werden geschaffen: Kitsuse J.I. et M. Spector, Constructing social problems, Menlo Park, California, Cummings Publishing Company, 1977. Dieses Modell wird seitdem immer wieder neu artikuliert: eine rezente deutschsprachige Zusammenfassung: Groenemeyer A. (dir.), Doing Social Problems Mikroanalysen der Konstruktion sozialer Probleme und sozialer Kontrolle in institutionellen Kontexten, op. cit. []
  8. Der Spiegel widmet dem Thema Gesundheit und Krankheit immer wieder Titelgeschichten. In den 1980er Jahren, war neben der Alzheimer-Nummer, sieben Ausgaben Aids, vier Krebs und zwei Herzkrankheiten gewidmet. []
  9. « Das Hirn wird brüchig wie ein alter Stiefel », Der Spiegel, 25, 19/06/1989. []
  10. Benutzt wurde voyant-tools.org mit ihrer German-Stop-Words Liste. []
  11. Lock M.M., The Alzheimer conundrum: entanglements of dementia and aging, Princeton, Princeton University Press, 2013, p. 6. []
  12. In der französischen Zeitung ‘Le Monde’ spricht man in derselben Zeitspanne öfters von “personnes” als von “patients”. []
  13. Bei den Artikeln in denen Männer als Beispiele genannt werden, tritt Alzheimer meistens schon während des Berufslebens ein und führt dazu, dass sie ihre Arbeit nicht mehr weiterführen können. []
  14. Schattenfrol S., « Altersheilkunde: Das schreckliche Vergessen », Die Zeit, 17/04/1983. []
  15. Ballenger J., « Disappearing in Plain Sight. Public Roles of People with Dementia in the Meaning and Politics of Alzheimer’s Disease », S. Jacyna et S. Casper (dir.), The Neurological Patient in History, Rochester, University of Rochester Press, 2012, p. 117-118. []
  16. « “Damals war Alzheimer praktisch unbekannt”. Ein Gespräch mit der Gründungsvorsitzenden der Deutschen Alzheimer Gesellschaft Eleonore von Rotenhan », Alzheimer Info, 2009, no 4. Siehe auch das eindrucksvolle Interview, das Greta Wehner 1994 dem Spiegel gibt: « Für ihn selbst eine Qual », Der Spiegel, 42, 16/10/1995. []
  17. Kurz A. et H. Lauter, « Die Alzheimersche Krankheit », Deutsche medizinische Wochenschrift (1946), 12 juin 1987, vol. 112, no 24, p. 973‑977. []
  18. Haupt M. et H. Lauter, « Klinik und Diagnostik der Alzheimerschen Krankheit », Deutsche Krankenpflegezeitschrift, janvier 1990, vol. 43, no 1, p. 5‑8. []
  19. « Rätselhafter Elefant », Der Spiegel, 19 mai 1986, vol. 21, 19/05/1986. []
  20. Schattenfrol S., « Altersheilkunde », op. Cit. []
  21. In der von mir untersuchten Zeitspanne erfährt Aids eine sehr große mediale Aufmerksamkeit (cf. Fußnote 8). In Frankreich inspirieren sich die Alzheimer-Interessengruppen an den Strategien der Aids-Interessengruppen: Ngatcha-Ribert L., Alzheimer: la construction sociale d’une maladie, Paris, Dunod, 2012, p. 71‑74. []
  22. Furtmayr-Schuh A., « Asche im Haupt », Die Zeit, 31/08/1990. []
  23. « Alzheimer-Krankheit breitet sich aus », Hamburger Abendblatt, 23/06/1989. []
  24. Unter diesem Namen hat ein von der Deutsche Forschungsgemeinschaft gefördertes Projekt folgende Zeitungen digitalisiert: Neues Deutschland (1946-1990), Berliner Zeitung (1945-1993), Neue Zeit (1945-1994). Die DDR tritt am 3. Oktober 1990 der BRD bei. Inwieweit man für die Berliner Zeitung und die Neue Zeit ab Oktober 1990 noch von „DDR-Presse“ sprechen kann, sei dahin gestellt. []
  25. Wenn es Literatur zu dem Thema „Doing Social Problems“ und Diktatur gibt, bin ich sehr daran interessiert. []

Prix de la recherche universitaire 2014 du journal Le Monde pour Iris Loffeier

 

Le 26 novembre 2014, Iris Loffeier s’est vue remettre le Prix de la recherche universitaire du Monde, pour sa thèse intitulée « Prise en charge des vieillissements, solidarité sociale et intergénérationnelle. Le cas d’un EHPAD privé comme entité collective. ». Celle-ci sera par conséquent publiée aux Presses Universitaires de France (partage du savoir) en septembre 2015.

Cette recherche visait à saisir les normes qui contribuent à construire la catégorie des personnes âgées dans l’un des lieux extrêmes de sa « mise en problème » : la maison de retraite. En s’appuyant sur un enquête empirique, l’analyse a porté sur les liens entre connaissance, normes et (re)production de l’ordre interactionnel impliquant des personnes âgées. Cette recherche a permis de mettre en lumière notamment le fait que la « protection » des personnes ne peut se penser indépendamment de celle des travailleurs à qui il incombe de produire leur « bien être » ; que les normes qui conduisent cette production se révèlent souvent contradictoires entre elles, sinon inconciliables. Elle a également permis de montrer comment, malgré une volonté d’humanisation de ce type d’établissements, l’élaboration de nouvelles normes toujours plus nombreuses échoue à modifier un principe structurant des interactions avec les personnes âgées : l’idée qu’une mort prochaine les attend, interdisant de leur envisager un futur, et empêchant par conséquent leur “amélioration” (en santé comme en connaissance).

Announcement: New issue of “Studies in Contemporary History”

Cover_190pxThis year’s last issue of the Studies in Contemporary History has just been published online. This issue contains several articles related to the question of age.

Antje Kampf, Alter(n), Gender, Körper: Neue Verbindungen für die zeithistorische Forschung, in: Zeithistorische Forschungen/Studies in Contemporary History, Online-Ausgabe, 10 (2013), H. 3, http://www.zeithistorische-forschungen.de/16126041-Kampf-3-2013

Mayumi Hayashi, Residential Care for Older People in Contemporary Britain and Japan: Recent Research Trends and Outcomes, in: Zeithistorische Forschungen/Studies in Contemporary History, Online-Ausgabe, 10 (2013), H. 3, http://www.zeithistorische-forschungen.de/16126041-Hayashi-3-2013

La maladie d’Alzheimer dans journal ‘Le Monde’ des années 1980 – une esquisse

Claudine Escoffier-Lambiotte, journaliste médical au Monde, marque la couverture de la maladie d'Alzheimer en France
Claudine Escoffier-Lambiotte, journaliste médical au Monde, marque la couverture de la maladie d’Alzheimer en France

La maladie d’Alzheimer est une maladie récente. Bien qu’ayant été nommée pour la première fois avec ce nom au début du 20e siècle par Emil Kraepelin, elle ne fait sens pour dire un nouveau problème public que depuis une quarantaine d’années. Elle a dépassé aujourd’hui la tuberculose ou l’infarctus parmi les maladies les plus souvent nommés. Seuls le cancer et le SIDA la dépasse au nombre de citations dans le corpus anglophone des livres scannés par Google1. Si aux États-Unis, cette nouvelle visibilité a été acquise dès la fin des années 1970, en Europe en général, et en France en particulier, le processus est un peu plus tardif.

À partir du journal Le Monde, une première chronologie sera établie2.

Articles dans Le Monde dans lesquels Alzheimer est mentionné

1976 1977-81 1982 1983 1984 1985 1986 1987 1988 1989 1990 2012

1

0

1

1

0

1

10

11

5

13

11

124

Dans les années où Le Monde découvre Alzheimer, l’actualité médicale est suivie par des journalistes spécialisés dans le domaine et qui sont pour deux d’entre eux des médecins de formation : Claude Escoffier-Lambiotte3 et Franck Nouchi4.

La qualité de ces journalistes explique probablement pourquoi, les articles font souvent preuve d’une certaine précocité. Ainsi le paradigme cholinergique5 trouve des échos dans Le Monde dès le début des années 1980. Le premier article scientifique sur cette question ne sera publié en France qu’en 19886.

Au niveau scientifique, Le Monde restera adepte pendant les années 1980 du paradigme cholinergique et n’évoque pas d’autres hypothèses comme celle sur les origines virales ou celle liée à l’aluminium. La maladie d’Alzheimer est essentiellement décrite comme une perte de la mémoire, les autres symptômes ne sont guère pris en compte. Elle apparaît comme pathologie mnémonique et dans des articles pointus sur la neurologie et dans des articles qui apparaissent en dehors des pages médicales comme la couverture de la mort de Rita Hayworth, la première VIP clairement identifiée comme étant atteinte d’Alzheimer, dans les pages cinéma.7. Ainsi le critique de cinéma du Monde, Michel Braudeau écrit lors de sa mort en 1987 : « Convaincue de ” son incapacité au bonheur “, elle entre en maladie, se retire de ce monde, de son vivant. La maladie d’Alzheimer qui la frappe dès 1981 est incurable. Elle n’a plus de mémoire. »8. Et dans une de ses chroniques humoristiques qui retrace un entretien téléphonique, l’écrivaine française Claude Sarraute utilise le même topos : « Ils avaient entendu dire que t’étais très fatiguée… Ils parlaient même de la maladie d’Alzheimer. _ C’est quoi ? _ Ben… Heu… C’est une espèce de sénilité précoce, tu vois. Tu reconnais plus les gens. Tu perds la mémoire. C’est ce qu’avait Rita Hayworth. _ C’est qui ? »9. À travers le cas de Rita Hayworth, une autre évolution devient visible. Dans un premier temps, l’évocation de la maladie était limitée aux pages médicales du journal. Mais dès la moitié des années 1980, des articles dans d’autres rubriques évoquent Alzheimer qui devient même une affaire à potentiel économique à en croire Le Monde. Lors de l’arrêt partiel de la centrale nucléaire de Saint-Laurent, un des maires des communes touchées essaie de compenser les pertes d’emplois et de revenu par la construction d’une maison de retraite de 80 lits et une clinique pour les anciens atteints par la maladie d’Alzheimer.10.

Le Monde inscrira très rapidement la maladie d’Alzheimer dans la problématique plus large du vieillissement. Certes, à travers la maladie d’Alzheimer, on joue également sur la distinction fine entre vieillissement – processus normale – et maladie – processus pathologique. En même temps, lorsqu’on parle d’Alzheimer on parle de vieillissement et inversement. En 1985, Franck Nouchi écrit d’une manière prémonitoire : « la maladie d’Alzheimer, pourrait bien faire figure de maladie numéro un du vingt et unième siècle »11 Et l’année suivante, le même auteur se fait écho d’une étude lancée par les laboratoires Bristol-Myers parmi des chercheurs pour dresser le tableau des maladies de l’an 2000. Première « maladie » mentionnée : le vieillissement dont la déclinaison pathologique comprend le cancer, les maladies cardiovasculaires, la maladie d’Alzheimer ou la dépression.12

Dans les années 1980, l’expertise sur lequel se base les articles est souvent d’origine nord-américaine que ce soit pour le pourcentage des personnes touchées par Alzheimer, pour les prévisions et pour les couts qu’Alzheimer va occasionner pour les systèmes de santé13. Du côté français, plusieurs médecins sont interrogés par les journalistes du Le Monde sans qu’il y a un expert particulier qui se cristallise. On y trouve néanmoins beaucoup de personnalités qui joueront un rôle important par la suite comme Françoise Forette, une des « metteurs en scène » de la maladie d’Alzheimer en France jusqu’à aujourd’hui, Jean-François Forin, neurologue, Annick Alperovitch, neurologue et épidémiologiste, François Boller, neurologue ou Yvon Lamour, neurologue. Ce qui devient évident à travers ces quelques noms est la montée en puissance des neurologues dès les années 1980 pour parler du vieillissement14. Certes, la focalisation sur Alzheimer constitue un biais. Mais la maladie d’Alzheimer devient un signifiant central pour dire le vieillissement et les neurologues occupent le terrain médiatique d’une manière maximale en dépit des démographes (importants experts du vieillissement dans l’immédiat après-guerre), des psychiatres ou des gériatres.

La difficulté d’appréhender cette « nouvelle » maladie transparaît également à travers la fluctuation des chiffres de personnes atteintes par Alzheimer. Dans un premier temps, les journalistes du Monde ne dispose que de chiffres américains et ce n’est qu’à la toute fin de la période envisagée que le chiffre de 300 000 malades d’Alzheimer en France est évoqué… en se référant à un article du Monde de 1986 qui lui parlait die 300 000 personnes atteintes de démence sénile.15.

Nombres de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer selon des articles parus dans Le Monde

1982 1985 1986 1988 1989 1989
États-Unis 1.5 millions 2 millions 2-3 millions 2 millions
France 300 000 250 à 300 000 400 000

 

  1. Sur les limites de cet outil cf. Ruiz É., « Google labs Books Ngram Viewer : un nouvel outil pour les historiens ? » []
  2. Pour effectuer ce coup de sonde, une recherche du mot « Alzheimer » a été réalisée dans les archives du Le Monde dont tous les articles depuis 1944 sont accessibles en ligne. []
  3. Claude Escoffier-Lambiotte est chroniqueuse médicale au Le Monde entre 1956 et 1988. []
  4. Franck Nouchi est chroniqueur médical au Le Monde entre 1985 et 1994. []
  5. Le paradigme cholinergique est le paradigme dominant dans les années 1980 et 1990 pour expliquer la maladie d’Alzheimer. Il part de l’hypothèse que le mauvais fonctionnement d’un neurotransmetteur du nom d’acétylcholine est à la base des symptômes qui s’observent auprès des patients atteints d’Alzheimer. Formulée à la fin des années 1970 par des chercheurs américains, cette explication réintroduit la pathologie dans l’explication d’Alzheimer et va donner une place centrale à la bio-médicalisation de la maladie. Comme les médicaments développés à partir de ce paradigme n’ont pas produit les effets souhaités, ce paradigme est aujourd’hui beaucoup plus contesté. Ballenger J.F., Self, senility, and Alzheimer’s disease in modern America : a history, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 2006, p. 92-101. []
  6. Vallet P.G. et C. Bouras, « Neuromédiateurs et maladie d’Alzheimer », L’Encéphale, 1988, vol. 14, no 5, p. 345 351. []
  7. Sur l’importance de cette actrice américaine pour la mise en mot de ce qu’est Alzheimer voir Ballenger J., « Disappearing in Plain Sight. Public Roles of People with Dementia in the Meaning and Politics of Alzheimer’s Disease », S. Jacyna et S. Casper (dir.), The Neurological Patient in History, Rochester, University of Rochester Press, 2012, p. 109‑128 pour les États-Unis et Ngatcha-Ribert L., Alzheimer: la construction sociale d’une maladie, Paris, Dunod, 2012 pour la France. Il est d’ailleurs surprenant de relever que seuls les Américains semblent mourir d’Alzheimer dans les 1980. Les quatre nécrologies dans Le Monde qui évoquent la maladie d’Alzheimer sont tous consacrées à des Américains. []
  8. Braudeau M., « La mort de Rita Hayworth la bombe douce », Le Monde,  17 mai 1987. []
  9. Sarraute C., « Je me tire », Le Monde, 07/11/1987. []
  10. Ambroise-Rendu M., « Brennilis, Saint-Laurent, Pierrelatte… Quand le nucléaire s’en va », Le Monde, 02/01/1990. []
  11. Nouchi, Franck. “Vieillir sans vieillir.” Le Monde, 5 août 1985. []
  12. Nouchi F., « Le malade imaginé », Le Monde, 11 mars 1987. []
  13. Ainsi sans être cités explicitement, les prévisions de Katzmann, R. “The Prevalence and Malignancy of Alzheimer’s Disease: a Major Killer.” Archives of Neurology no. 33 (1976): 217–218 sont régulièrement évoquées. []
  14. Voir sur ce sujet Guillemard A.-M., Le déclin du social. Formation et crise des politiques de la vieillesse, Paris, PUF, 1986 et Ngatcha-Ribert L., Alzheimer: la construction sociale d’une maladie, Paris, Dunod, 2012. []
  15. Cette difficulté de « stabiliser » Alzheimer est également frappant dans la littérature scientifique notamment autour de la discussion des taux de fréquence parmi la population qui à la fin des années 1980 varie entre 0.3 et 1 % selon les ouvrages consultés (( Vallet P.G. et C. Bouras, « Neuromédiateurs et maladie d’Alzheimer », L’Encéphale, 1988, vol. 14, no 5, p. 345. []

“Population” et vieillissement

Dès le premier numéro de la revue “Population”, le vieillissement est un sujet central pour l’INED avec e.a. un important article de Jean Daric
Dès le premier numéro de la revue “Population”, le vieillissement est un sujet central pour l’INED avec e.a. un important article de Jean Daric

[Ce billet a d’abord été publié sur http://majerus.hypotheses.org.]

 

Avec la fin du semestre, je recommence à trouver un peu de temps à écrire et à retourner dans les “archives”. Comme pour chaque nouveau projet – j’en ai eu trois jusqu’ici : police pendant les deux guerres mondiales, lieux de mémoire au Luxembourg, psychiatrie au 20e siècle – celui sur le ‘vieillissement’ (FRAMAG) pose le problème de l’appréhension. Au moins dans sa formulation il était clair : comment le vieillissement est-il devenu un problème public. Sophie Richelle étudiera la problématique au 19e siècle à travers une microhistoire des institutions. Iris Loffeier s’intéressera aux politiques publiques d’aujourd’hui. Et moi, je travaillerai sur l’émergence de la problématique dans la deuxième moitié du 20e siècle.

Dans un premier temps, je me disais que j’allais y entrer par la médecine et l’émergence de la gérontologie. Mais je commence à avoir des doutes si c’est la bonne porte, même si je continue  à m’intéresser à François Bourlière, le gérontologue français des années 1950 et 19601. Pour l’Allemagne, la psychologie me semble en ce moment la piste la plus intéressante notamment autour d’une étude longitudinale qui a été réalisée à Bonn par Hans Thomae et Ursula Lehr2. En ce qui concerne la France, j’étais frappé par la faible présence des médecins dans le rapport Laroque de 19623 qui est souvent considéré, peut-être à tort, comme un moment de rupture4. En m’intéressant un peu à ce rapport, un autre acteur semblait devenir plus important à savoir l’Institut National d’Études Démographiques (INED). J’ai dévoré le livre de Paul-André Rosental5 qui offre avec le terme de “politiques de population” une grille de lecture intéressante, mais qui n’aborde pas la question du vieillissement, préférant utiliser l’histoire de la démographie historique pour raconter les années 1950 de l’INED.

Dans un premier temps, j’ai seulement relevé les contributions de la revue Population qui, dans leur titre, parlaient de « vieillissement », « personnes âgées »,…6. Si on se limite à une simple analyse quantitative, on s’aperçoit que le sujet est présent d’une manière régulière dans la revue dès sa création en 1946 pour disparaître complètement dans les années suivant la publication du rapport Laroque.7

Tableau 1: Contributions dans Population dédiées au vieillissement par année

 Screenshot-from-2013-06-13-105835

Deuxième élément, l’articulation de la problématique est assurée par quatre personnes : Alfred Sauvy, Jean Daric, Paul Vincent et Paul Paillat. Le premier est le directeur de l’INED et donne le ton de la discussion avec son livre Richesse et population régulièrement cité, au moins dans les années 19508. Jean Daric, ingénieur de formation, rentre en 1942 au Comité de Direction de la Fondation française pour l’Étude des Problèmes humains, communément appelée Fondation Alexis Carrell. Jusqu’à son décès en 1957, c’est monsieur « vieillissement » à l’intérieur de l’INED. À côté de l’activité professionnelle des femmes, les personnes âgées constituent son principal champ d’activité sur lequel il publie. Il représente l’INED (et ainsi également la France ?) sur des congrès internationaux consacrés à la gérontologie naissante9. Paul Vincent, polytechnicien a également commencé sa carrière à la Fondation Carrell où il le seul démographe travaillant à plein temps10. En 1945 il devient chef de la section d’études quantitatives et de conjoncture démographique de l’INED. Son centre d’intérêt ne se focalise pas sur les personnes âgées, mais c’est un sujet qu’il touche à plusieurs reprises11. Avec la mort de Jean Daric, c’est Paul Paillat qui prend la relève pour couvrir la discussion autour du vieillissement au moins jusqu’au début des années 1960. Il participe activement à la rédaction du rapport Laroque.12

Parmi les nombreuses thématiques abordées dans ces contributions, j’aimerai brièvement en aborder trois.

  • La pratique d’Alfred Sauvy et également de l’INED se revendique en permanence du souci de neutralité. Cette « rationalité pratique »13 qui se légitime par la revendication d’une apparente efficacité politique était la griffe de Sauvy dans les années trente, pendant Vichy et également dans l’après-guerre. Dans les articles de Population, cette argumentation est omniprésente. Dans un article programmateur publié dans le premier numéro Jean Daric écrit en 1946 : « “La question doit, en tout cas, être étudiée en dehors de tout préjugé d’opinion ou de doctrine. L’importance de ce problème, le peu de diffusion dont ont bénéficié jusqu’ici ces données, ont conduit l’Institut national d’études démographiques à inscrire au programme de ses activités cette enquête sur le vieillissement démographique et les possibilités de prolongation de la vie active. (…) Organisme d’études, l’Institut n’a pas qualité pour dicter des solutions aux problèmes de population. Son rôle doit comporter la diffusion des données de fait mal connues, la reconnaissance des possibilités nouvelles, la communication aux Pouvoirs publics des résultats de ses travaux. »14 Et 14 ans plus tard, Paul Vaillat écrit : « nous laisserons de côté cet aspect important qui peut engager tout le système socio-politique. Notre but est seulement de fournir des données de base à une politique rationnelle. »15.
  • Derrière ce souci de neutralité se cache dès le début un combat pour un rallongement de la période de travail qui rappelle directement les discussions qui se déroulent aujourd’hui en France et en Europe. Pour les auteurs de Population, le vieillissement conduit à des conséquences « d’ordre matériel » qui n’ont qu’une solution : prolongation de la vie active jusqu’à 65 ans. Certes d’autres solutions sont énumérées comme l’amélioration du rendement de l’homme, l’accroissement des producteurs16 ou l’accroissement de la durée de travail. Mais celles-ci sont chaque fois rejetées. Dans une note sur une enquête qui portait notamment sur la perception du vieillissement dans la population française, H.B.17 résume la position de l’INED : « L’hostilité persistante du public à l’idée de toute prolongation éventuelle de la vie active s’accompagne d’une ignorance très accusée des simples données de fait sur la population inactive âgée. »18.
  • Finalement, les chercheurs de l’INED prennent à contre-courant l’opinion très répandue selon laquelle le vieillissement serait dû à l’allongement de la vie. Pour l’INED qui définit le vieillissement comme la part grandissante de personnes de plus de 60 ans dans la population totale, c’est plutôt la baisse de la natalité qui explique le vieillissement. Moins il y a des jeunes, plus la part des personnes âgées augmentent. Issu de plusieurs généalogies natalistes des années 1930, l’Institut continue donc à mener ce débat dans la France des années 1940 et 1950.

 

  1. Binet L. et F. Bourlière, Précis de gérontologie, Paris, Masson, 1955. Il dirigera aussi une unité de l’INSERM consacrée aux questions gérontologiques. []
  2. Lehr U. et H. Thomae (dir.), Formen seelischen Alterns: Ergebnisse der Bonner Gerontologischen Längsschnittstudie (BOLSA), Stuttgart, Enke, 1987. []
  3. Haut Comité Consultatif de la Population et de la Famille, Rapport de la commission d’étude des problèmes de la vieillesse, Paris, La Documentation Française, 1962. []
  4. Un exemple parmi d’autres : Laroque G., « Trentième Anniversaire – I », Gérontologie et Société, 1997, no 81, p. 5‑6. []
  5. Rosental P.-A., L’intelligence démographique : sciences et politiques des populations en France : (1930-1960), Paris, O. Jacob, 2003. []
  6. Je suis bien conscient que dans beaucoup d’autres articles comme dans la rubrique « La situation démographique » le vieillissement est également abordé []
  7. En 1962 Alfred Sauvy quitte la direction de l’INED. []
  8. Sauvy A., Richesse et population, Paris, Payot, 1943. Je dois encore le lire. []
  9. « Jean Daric », Population, 1957, vol. 12, no 3, p. 397‑400. []
  10. Rosental P.-A., L’intelligence démographique : sciences et politiques des populations en France : (1930-1960), Paris, O. Jacob, 2003, p. 75. []
  11. Calot G., « In Memoriam : Paul Vincent », Population, 1979, vol. 34, no 6, p. 979‑984. []
  12. J’ai ensuite un trou dans sa biographie car je ne le retrouve que dans les années 1970 où il va intégrer la Fondation Nationale de Gérontologie. Il y fondera la revue Gérontologie et Société qu’il dirigera jusqu’au début des années 2000. Il sera un des personnages centraux dans la gérontologie (sociale) en France et s’illustrera par de nombreuses publications. []
  13. Rosental, p. 121. []
  14. Daric J., « Vieillissement démographique et prolongation de la vie active », Population, 1946, vol. 1, no 1, p. 69‑78. []
  15. Paillat P., « Les moyens d’existence des personnes âgées : le schéma démo-économique », Population, 1960, vol. 15, no 1, p. 10. []
  16. Notamment à travers l’immigration qui semble constituer l’angle mort de beaucoup de théoriciens du vieillissement notamment dans leurs projections dans lesquelles l’immigration est souvent absente. []
  17. Je n’ai pas réussi à identifier le personnage []
  18. B. H., « Le vieillissement et l’information du public », Population, 1957, vol. 12, no 1, p. 147‑148. []

Les personnes âgées en psychiatrie: une perspective historique

Screenshot from 2013-04-15 06:32:36* Ce texte a été publié en mai 2012, sous une forme légèrement différente, dans la revue forum qui publie un numéro consacré aux Menschenrechte in der Pflege.

« Personnes âgées » et « psychiatrie » : voilà deux termes qui se croisent depuis 200 ans et qui constituent des repoussoirs l’un pour l’autre. Les personnes âgées et les responsables politiques qui développent des politiques pour ce groupe craignent le côté stigmatisant lié à l’évocation de la psychiatrie. Le vieillissement n’est pas une maladie, et surtout pas une maladie mentale, définie souvent comme persistante et inguérissable. De son côté, la psychiatrie considère les personnes âgées – pour exactement la même raison – comme une population de patients peu valorisante, surtout pendant les périodes historiques où ce champ se définit comme une approche médicale et biologique. Les difficultés thérapeutiques que posent ces patients risquent de marginaliser davantage encore une discipline qui peine à trouver sa légitimité en médecine. Les psychiatres appréhendent l’aspect chronique de ces patients qui occupent des lits, qui semblent incurables et qui sont responsables des mauvaises statistiques.

En même temps, dès sa naissance dans la première moitié du 19e siècle, la psychiatrie est confrontée à la problématique du vieillissement. Les lieux dans lesquels la psychiatrie commence à être exercée et à se construire comme profession, se caractérisent souvent par une population très hétérogène parmi laquelle les personnes âgées constituent une partie non-négligeable. À Luxembourg, l’Hospice Central d’Ettelbrück qui ouvre ses portes en 1855 et qui constitue l’ancêtre de l’actuel Centre Hospitalier Neuro-Psychiatrique, accueille et enferme à ses débuts différentes populations marginalisées.

La rencontre entre « psychiatrie » et « personnes âgées » est d’abord sociale avant de devenir médicale. Ces personnes que la psychiatrie – psychiatres, gardiens, sœurs – rencontre ne sont pas seulement âgées, elles sont le plus souvent également pauvres. Cette population connaît une double origine. Il s’agit d’une part de patients qui sont arrivés jeunes à l’asile et qui n’en sont jamais sortis. Le long séjour (plus de 10 ans) ne constitue pas l’expérience majoritaire des reclus, mais affecte néanmoins un groupe non-négligeable de la population asilaire1. D’autre part, les asiles accueillent des patients qui arrivent dans l’institution pour des problèmes liées spécifiquement au vieillissement : le premier patient de l’Hospice Central à Ettelbrück, un gendarme pensionné, faisait probablement partie de cette deuxième catégorie2. Avant la mise en place de services spécifiques de gériatrie, la psychiatrie est le lieu où sont « déposées » les personnes âgées jugées trop difficiles pour rester dans leurs familles ou dans un service hospitalier normal. Dans une approche quantitative, la psychiatrie reste la réponse institutionnelle pour les personnes âgées, avant que, à partir des années 1960, la multiplication des maisons de repos offre une alternative . Dans un tel contexte, l’asile a surtout une fonction de gardiennage, tous les manuels de psychiatrie s’accordent pour dire qu’au niveau thérapeutique peu de solutions s’offrent.

C’est seulement dans un deuxième temps que la présence des personnes âgées en psychiatrie est définie comme un problème médical. Pendant très longtemps, la démence sera le topo à travers lequel la psychiatrie précise sa position face au vieillissement. Philippe Pinel va « forger » la « démence » en 1785 comme terme médical. Étienne Esquirol affine la nosologie trente ans plus tard en imposant une différenciation accrue : il distinguera entre la « démence aiguë » et la « démence sénile ». Dans les années 1870, le psychiatre allemand Richard von Krafft-Ebing souligne le caractère traitable de la première et le caractère inéluctable de la deuxième démence. Pendant 70 ans la psychiatrie va surtout utiliser ce terme nosologique pour parler des personnes âgées. Le psychiatre anglais Charles Mercier qui a rédigé un manuel psychiatrique ayant connu plusieurs éditions, résume ainsi la pensée dominante de l’époque : la démence est « la condition naturelle de l’homme dans ses années déclinantes » et elle est inévitable si la mort est le résultat « de l’expiration naturelle des forces de la vie, et non pas d’un acte violent ou de la quasi-violence d’une maladie »3. C’est seulement dans les années 1950 que la psychiatrie va diversifier sa nosologie concernant les personnes âgées. Si elle ne joue pas un rôle central dans la naissance de la gérontologie aux États-Unis ou en Europe, elle deviendra par la suite un acteur important dans ce nouveau champ. En 1955, le psychiatre anglais Martin Roth publie son article séminal The Natural History of Mental Disorders in Old Age dans lequel il propose cinq catégories : psychose affective, psychose sénile, paraphrénie, confusion aiguë, psychose artériosclérotique. Cet article n’est pas seulement intéressant parce qu’il reconnait une autonomie à certains diagnostics auparavant subsumés sous psychoses sénile ou artériosclérotique. Il est également révélateur d’un changement d’optique : d’une approche basée sur un modèle psychodynamique, Roth passe à un paradigme qui accorde beaucoup plus d’importance à la neuropathologie4.

Cette évolution qui touche plus largement la psychiatrie est particulièrement visible dans l’essor que prend le diagnostic de la maladie d’Alzheimer. « Découverte » dans les années 1900 par le psychiatre allemand Alois Alzheimer, la démence présénile caractérise dans un premier temps des personnes qui ne sont pas considérées comme vieillissantes, mais qui présentent néanmoins des symptômes similaires à la démence, la maladie (psychiatrique) par définition du vieillissement. Le psychiatre allemand accorde une place importante à une explication neurologique : des déformations du tissu cérébral sont la cause de la maladie. Pendant cinquante ans, cette description pathologique ne sera guère utilisée, ni dans la nosologie psychiatrique ni dans le language courant. Dans la deuxième édition du Diagnostic and statistical manual of mental disorders (DSM-II) de 1968, la bible nosologique de la psychiatrie, quelques lignes à peine sont consacrées à la démence présénile, lignes dans lesquels le nom d’Alzheimer apparaît deux fois. Vingt ans plus tard, la quatrième édition a gagné en épaisseur, mais accorde beaucoup plus d’attention à la « maladie d’Alzheimer » : elle est maintenant devenue une entrée propre et sa description occupe cinq pages.

Tableau – Part du mot « Alzheimer » dans le corpus anglais des textes scannés par Google (requête effectuée le 5 avril 2012)

Encore élément marginal dans la nosologie psychiatrique des années 1960, la maladie d’Alzheimer est devenue une description centrale dans les années 1980 jusqu’à devenir presque synonyme de maladie mentale pour personnes âgées, situation paradoxale vu qu’Alois Alzheimer l’avait justement réservée à des personnes qui n’étaient pas encore considérées comme vieilles : la première personne diagnostiquée comme telle, Auguste Deter, avait 51 ans. La différenciation nosologique est symptomatique d’un changement d’optique : les personnes âgées ne souffrent plus des conséquences inévitables du vieillissement mais d’une maladie spécifique.

À partir de l’entre-deux-guerres, la gérontologie commence à se développer comme nouveau champ interdisciplinaire s’occupant du vieillissement, d’abord aux États-Unis, puis à partir de l’après-1945 également en Europe. Dans un premier temps, on y retrouve surtout des endocrinologues, des physiologistes, des cardiologues…

Tableau 2 – Articles publiés dans le Journal of Gerontology par domaine de recherches5

1946

1947

1948

1949

1950

1951

1952

1953

Biologie/Médecine (utilisant des animaux)

13

9

4

4

4

6

10

6

Biologie/Médecine (utilisant des humains)

10

10

14

20

20

13

21

28

Sciences Sociales

8

2

5

5

6

10

11

10

Psychologie/Psychiatrie

0

2

1

4

2

2

2

5

La presqu’absence de psychiatres dans les revues fondatrices du champ ne signifie néanmoins pas l’absence du champ : dans le premier numéro de la nouvelle revue de gérontologie française qui voit le jour en 1976 six des 18 publicités sont consacrées spécifiquement à la psychiatrie6. Malgré l’ancienneté de la pratique thérapeutique des personnes âgées, la psychiatrie en tant que discipline montrera donc une certaine réticence à revendiquer un savoir-faire pour cette problématique sociétale. Dans les derniers 40 ans on observe néanmoins une institutionalisation des psychiatres qui s’intéressent spécifiquement au vieillissement. The Faculty of the Old Age Psychiatry auprès du Royal College of Psychiatry a été fondée en 1973. En 1982 se crée l’International Psychogeriatric Association (IPG). En Allemange, c’est en 1992 que se constitue la Deutsche Gesellschaft für Gerontopsychiatrie und –psychotherapie. Ces trois exemples illustrent à travers le flottement sémantique la fluidité d’un champ qui est en train de se construire. L’organisation anglaise est clairement limitée aux psychiatres. L’IPG réunit psychologues et psychiatres. L’association allemande connaît une définition plus large.

Pour conclure, revenons à l’institution où « psychiatrie » et « personnes âgées » se sont rencontrées : l’asile. Lors des derniers cinquante ans, on assiste dans de nombreux pays européens à une sortie des personnes âgées des institutions psychiatriques. Ce mouvement s’inscrit dans un développement plus large qui vise à quitter l’enfermement asilaire. Dans certains pays comme la Grande-Bretagne, cette politique a conduit à la fermeture de la plupart des grands asiles. Dans d’autres pays comme la Belgique, les grandes institutions ont diminué le nombre de leurs lits et des organisations complémentaires extra-hospitalières sont mises en place. Comme les personnes âgées occupaient un nombre important de ces lits – dans la Grande-Bretagne du début des années 1970 la moitié des patients en hôpital psychiatrique a plus de 65 ans7 – toute une panoplie de nouvelles institutions qui gèrent les différents degrés d’autonomie des personnes âgées voient le jour. Le Luxembourg a été touché tardivement par ces changements. Ce n’est que depuis six ans qu’à l’intérieur du Centre Hospitalier Neuro-Psychiatrique on spécifie institutionnellement l’approche thérapeutique en distinguant entre un service proprement psychiatrique, un service accompagnant les personnes âgées et un service dédié aux personnes présentant un handicap mental.

  1.  Dans l’Angleterre de la fin du 19e siècle, 10% des patients séjournent plus de 3 000 jours dans les asiles : Joseph Melling and Bill Forsythe, The Politics of Madness the State, Insanity and Society in England, 1845-1914 (London; New York: Routledge, 2006), p. 138. []
  2. Jean-Marie Majerus, ‘Das Centre Hospitalier Neuro-psychiatrique’, in Handbuch Der Sozialen Und Erzieherischen Arbeit in Luxemburg, ed. by H. Willems and others (Luxembourg: Saint-Paul, 2009), pp. 113–125 (p. 117). []
  3. Charles Mercier, Sanity and Insanity : with Illustrations (London: W. Scott, 1890), p. 370. Ce manuel, hébergé par Gallica, est accessible ici. []
  4. Jesse F. Ballenger, Self, Senility, and Alzheimer’s Disease in Modern America : a History (Baltimore: Johns Hopkins University Press, 2006), pp. 53–54. []
  5. H.W. Park, ‘Refiguring Old Age: Shaping Scientific Research on Senescence, 1900-1960’ (University of Minnesota, 2009), p. 327. Pour télécharger ce travail, cliquez ici. []
  6. Benoit Majerus, ‘Defining Geriatrics’, a Notebook, 2012 [accessed 2 April 2012]. []
  7. Claire Hilton, ‘The Provision of Mental Health Services in England for People over 65 Years of Age, 1970—78’, History of Psychiatry, 19 (2008), 297–320 (p. 297). []