Bestiaire des hospices

AnimauxVille

A l’occasion des journées de la Société Française d’Histoire Urbaine les 15 et 16 janvier 2015 sur le thème : “Animaux dans la ville, de l’Antiquité à l’époque contemporaine”, Sophie Richelle a présenté une communication sur le Bestiaire des hospices. A travers cette thématique improbable, les logiques institutionnelles de l’hospice se révèlent sous un jour nouveau…

Résumé de la communication

Bestiaire des hospices

Présences et implications des animaux dans les hospices de vieillards (Bruxelles – 19ème siècle)

La présence d’animaux n’est pas étonnante en soi au sein d’asiles ou d’hospices au 19ème siècle, notamment en raison de la localisation rurale de la plupart d’entre eux. Il est en revanche intéressant d’interroger leur présence au sein des hospices de vieillards de l’assistance publique bruxelloise, situés en plein centre ville. Le dépouillement systématique des archives de plusieurs de ces établissements nous a permis d’en dresser le bestiaire.

La disparition des animaux dans la ville au cours du 19ème siècle a souvent été lue comme partie prenante du processus d’hygiénisation et de sanitarisation de l’environnement urbain (Atkins, 2012). La question se pose alors a priori avec d’autant plus d’acuité pour les établissements à vocation sanitaire et sociale, tels que les hospices. Or, l’étude des rapports qu’entretiennent ces établissements aux animaux montre premièrement la nécessité de ne pas les considérer comme un ensemble homogène. Différentes catégories sont identifiées entre les animaux « productifs » (vache, cheval, porc), les animaux « indésirables » (pigeon, vermine) et les animaux « de compagnie » (chien, chat). Cette distinction permet, en deuxième lieu, de montrer que leur disparition n’est pas nécessairement liée à des considérations d’ordre sanitaire, mais bien économique et logistique. Par exemple, si l’élimination de la vermine et des pigeons répond bien à des objectifs hygiénistes, le maintien des porcs et la suppression des vaches et des chevaux relèvent, quant à eux, d’aspects essentiellement financiers. Par ailleurs, au-delà de la question de l’hygiène, la présence des animaux de compagnie soulève une autre question, celle de la prise en charge des pensionnaires des hospices. Tolérés en début de siècle, chiens et chats de l’hospice indiquent une importante individualité dans les règles de fonctionnement de l’institution. Progressivement interdits, notamment via les règlements intérieurs tout au long du siècle, ils indiquent une collectivisation de plus en plus importante de la prise en charge des pensionnaires des hospices.

Dans la ville, animaux et hospices éclairent ainsi mutuellement leur histoire propre. Observer les animaux sous l’angle des hospices permet de remettre en cause l’explication hygiéniste de la disparition des animaux dans la ville du 19ème siècle. Observer les hospices sous l’angle de ses animaux éclaire sous un jour nouveau leur fonctionnement et évolution.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *